Mens Tennis Forums banner

1 - 9 of 9 Posts

·
Premium Member
Joined
·
4,944 Posts
Discussion Starter #1

·
Premium Member
Joined
·
4,944 Posts
Discussion Starter #2 (Edited)
Quotes from Ben after the Carreno-Busta match - just no luck at all for Ben this year. :hug:

Original French source - http://www.tennisactu.net/news-itw-paire-j-avais-les-ongles-des-pieds-en-sang-usopen-usopen-atp-carreno-tsonga-paire-31152.html

A defeat, but it seems to affect you less than usual, it looks like?

I started badly, I was a little tense. Since the match against Julien Benneteau, I could not play. I've had big problems with my feet, toenails full of blood. They removed the blood yesterday and it was very painful. I knew it was not going to be easy, we put a huge dressing on it, but it hurt very badly and every time I ran, it was an ordeal. I tried, it made me angry because, for once, I had recovered well physically. It's a shame, since the beginning of the year, it has not easy for me and now this problem happens with my feet. It only takes a few days to heal, but to play again two days later, it was too soon. I'm frustrated because I would have liked to play a third round against Jo-Wilfried Tsonga, but physically, it was not possible. I will try to resume training as soon as I can and start again on the Challengers.

Still, you must leave New York with reasons to be hopeful for the rest of the season?

Yes, there are reasons to be satisfied with these two matches. Against Julien Benneteau, I hung on and I played a very good match. Today, my shots were not that bad and I think Pablo Carreno Busta played well. At the beginning of the match, he was very aggressive, he took the ball early, he didn't make many errors, and he returned very well. I felt good on the court, except for the problems with my movement. I feel that the level of play is there, it starts to come back. We'll have to continue on this path. I'll stay in the Top 100, I'm happy, it's good. I knew coming into the United States that if I didn't win a lot of matches, I would find myself far down the ranking. But I've still made ​​a good tournament, the level of play is coming back, and that is essential for me. I also have no knee problem which is what's bothered me most since the start of the year. And no broken racket today, so my girlfriend will be happy!

And Pablo Carreno Busta, how can he trouble Jo-Wilfried Tsonga?

I do not know if he will trouble him, we'll need to see the match. But against me, he returned very well. He has a very dangerous backhand, hit flat. And he holds on well. This is a player who does everything well, but I found him a little weaker on the forehand. And he may get nervous. Playing against Jo-Wilfried Tsonga is never easy and it'll be on a big court. I am behind Jo, wholeheartedly, and I hope he will beat Pablo Carreno Busta.
 

·
Premium Member
Joined
·
4,944 Posts
Discussion Starter #3
Ben's press conference after Monte Carlo R1 win over Kudla :yeah:

Source: http://www.asapsports.com/show_interview.php?id=108375

MONTE-CARLO ROLEX MASTERS

April 13, 2015

Benoit Paire

MONTE CARLO, MONACO

B. PAIRE/D. Kudla
6‑3, 7‑6


THE MODERATOR: Questions in French, please.

Q. You've been doing well in the Masters lately. Are you satisfied?
BENOIT PAIRE: Yes, but I want to do better than that. I feel good mentally and physically. Today I was very happy I was able to win because the second set was very tight.

Q. Were you disappointed you were not in the main draw?
BENOIT PAIRE: Yes, of course. I was hoping I could get a wild card. So I am disappointed.
But, anyway, I'm here to play matches and win matches. Those two qualification matches helped me to practice on clay and get ready for the match today.
He played well. He's a very good player. I'm very happy I was able to win this match.

Q. So you're just happy playing matches?
BENOIT PAIRE: Yes. But it's better to be in the main draw for that because then all the players are very good and you can find your references on this surface.
I'm really happy I won this match.

Q. It was a good shot on match point.
BENOIT PAIRE: Well, it was not exactly on match point. But, yes, I made some good shots. But the general goal is to be consistent.

Q. You played many futures and other tournaments. Are you happy now playing the Masters?
BENOIT PAIRE: It was really tough in Australia. My knee was hurting then. I lost badly in the first round and I couldn't practice.
I came back to France. I was trying to find out whether I should keep taking those tablets because I had that pain and I was not going to play with that pain all the time. But they found out it was due to a calcification, so then I knew what it was.
For me, playing the futures was mandatory because when you don't play for eight months you're not able to play well on the important points. If I wanted to start winning matches again, it was very important that I played those tournaments.
It helped me trying to find references and to build up my game. After the futures, I played the challengers. Every time I had a difficult moment, I was thinking to the period of eight months when I was not even able to play, thinking how lucky I was.

Q. Playing the futures and challengers, did it help you to take it easier now?
BENOIT PAIRE: Well, for me it was a mandatory transition I had to do because I knew I was lacking confidence. Other players don't know what is wrong with their games, but I knew that was it. That's why I chose to play those tournaments.

Q. But was it difficult? The atmosphere is different in those tournaments.
BENOIT PAIRE: I went there with the intention of finding my game again and winning matches. Of course, it's very different here. I'm staying at the Monte‑Carlo Bay instead of a small hotel.
But I was lucky when I was playing those tournaments because my family and coach were supporting me, they were with me.

Q. So you're not taking any painkillers anymore?
BENOIT PAIRE: No. I have had two perfect weeks just now. Of course, just before a match I take some painkillers so that I can play with my mind free. But otherwise I can practice and enjoy my tennis without any medicine.
Even today I was under pressure, especially in the second set, but I was able to play well.

Q. If you were told in Melbourne that you would be playing this tournament, being top 75 again, would you have signed up for it?
BENOIT PAIRE: Well, you know me, I'm always worried about the rankings. But now I'm no longer worried. I'm on the court just trying to win my matches. I'm in the present trying to win. That way I can only improve.
But losing in Melbourne so badly was tough because I wanted to do well there. I wanted to prove I deserved to be there.
The good thing is I was able to go and play those future tournaments. It was a good thing because now I have no points to defend.

Q. But you would have liked a wild card for Australia?
BENOIT PAIRE: Don't be mistaken. I think Lucas is a very good player and deserved to have a wild card. It's not about that. It's just that if I ever needed the Federation to help me, it was in Melbourne. I was really frustrated that they didn't give me that wild card.
Maybe it will prove useful in the end. But what I learned is that you can't really trust people when you need help.

Q. About your forehand, how are you hitting it now compared with 2012 and 2013?
BENOIT PAIRE: Better. I believe I improved almost all my shots. But I mainly improved mentally. I'm so happy when I'm playing now.
I played better in my match against Becker, but today was a tougher match. The good thing is I was able to fight. Even without playing my forehand well, I still won that second set.
I know my forehand is a weakness, but when I see how I hit it in practice, I think it can become a strong point.

Q. Do you believe you're stronger mentally now?
BENOIT PAIRE: Yes, I do. It gave me time to think what I was doing wrong. I have been commenting on matches in Bercy. It helped me to see from the outside the matches, to realize that the only thing I wanted to do is just go on the court and play.
So I believe I'm stronger mentally now. Today instead of getting angry, I was just thinking, Look, you're in this tournament, you're in Monte‑Carlo, enjoy.
Now I'm able to fight on the court. I'm stronger in my mind. It comes naturally to me now. Before, Lionel, my coach, had to push me all the time. He doesn't need to do that anymore. He rather gives me tactical advice.

Q. You knew Patrice Dominguez well. How are you affected by the news?
BENOIT PAIRE: It is very tough. Patrice was like a second father to me. He really helped me a lot. He gave me my first wild card as a junior in the Cap d'Ail tournament. I went often to his home. I know they liked me. I was very close to Leo, his son.
He really did a lot for me, and for tennis in general. So I feel very sad, also for Leo, Lea and Sandrine. He really did a lot for tennis, for our game.

FastScripts Transcript by ASAP Sports
 

·
Registered
Joined
·
1,475 Posts
First-Time Winner Spotlight: Benoit Paire

Benoit Paire continues his comeback with first ATP World Tour title

Frenchman Benoit Paire beat Spain’s Tommy Robredo 7-6(7), 6-3 in Bastad to claim his first ATP World Tour title at the SkiStar Swedish Open.

Paire, No. 24 on the Emirates ATP Rankings in 2013, was sidelined for eight months due to injury and saw his ranking dip outside the Top 100. With the win on Sunday, he is set to return to the Top 50 and becomes the sixth first-time champion on the ATP World Tour in 2015.

Paire spoke with ATPWorldTour.com after his victory.

How does it feel to win your first ATP World Tour title?

It’s great to win in Bastad after reaching two finals. I’m very happy because a lot of people came out to watch the match. It’s great for my family and all the people who have been supporting me. The last months were not easy for me, being injured. A first title is an important moment for any player.

Was winning an ATP World Tour title a goal you had growing up as a junior?

I watched tennis on TV growing up, and I thought it would be incredible just to one day play one match at this level. It’s good to win one tournament, but I want to win more and make more finals.

You put together five wins to win your first ATP World Tour title against some tough competition, beating the top three seeds (Goffin, Robredo, Cuevas). What did you do well consistently during the week?

I felt good since the start of the week. In the first set of my first match, I won 7-6, and after that I played with a lot of confidence. I think Goffin was maybe a bit injured, he had some trouble with his back. But after that I managed to win against Cuevas and Robredo, two players who are very good on clay. I was aggressive and hit well, and I hope I can keep it up for the rest of the year.

This was your third career ATP World Tour final. Did you go in with a different approach after the final losses in Belgrade (2012) and Montpellier (2013)?

The main difference is that I won some tournaments this year, one ITF Futures and two ATP Challengers. So when I went on the court for the final I knew what to expect. I was a little bit less nervous than the other times.

In 2013 you finished a career-high No. 24 and won 32 matches before falling out of the Top 100 (at No. 118) last year due to injuries. What was your mindset going into this season and after this week do you feel you’re playing at the level in 2013 (at No. 24)?

I didn’t win any tournaments when I was No. 24, and now I did beating some very good players. At the beginning of the year, I was in a difficult situation, having been injured for eight months. The most important thing then was to play. I don’t care if I play well or not, it’s important to get on court and win some matches. I see tennis differently now. I don’t care as much whether I am playing well or not so well. As long as I am on the court and trying to get the win.

Now that you’re back in the Top 50, do you feel you could get back to where you were two years ago?

Of course. In the beginning of the year I was No. 118, now I am Top 50 and don’t have any points to defend. So for sure I want more. But I will have to play every match like I did today, focused and mentally tough.

Do you feel now, at the age of 26, you’re going to play your best tennis?

I hope so! Now I see the game differently. And look at Tommy Robredo, he’s still playing great at age 33. I’m only 26, so I hope I’ll have a chance to win more.

You have compiled consistent results on hard and clay courts. What do you feel are the strengths of your game?

Mentally I feel much better now. When you’re injured at home and you cannot move, and you watch tennis on TV, all you want to do is to come back on the court. So that’s been a difference for me.

Talk about the state of French tennis with four players in the Top 20 (now eight in the Top 50)

French tennis is very good right now. Sure, we don’t have any Top 5 players, but if you look at Novak Djokovic, Roger Federer, Rafael Nadal or Andy Murray, you see that it’s not easy to climb that high. But with [Gilles] Simon, [Jo-Wilfried] Tsonga, [Gael] Monfils and [Richard] Gasquet, we have a very strong group. It’s a good thing for me, since it will take some pressure off. I can be loose and play my game, and not worry so much about expectations. But I want to climb the rankings and be part of that group.

Who are the players you looked up to and admired growing up?

It was definitely Federer. And before that maybe Marat Safin. Mentally maybe we are a bit similar. I’m not comparing myself to him as he is a much better player than me, but he was one of my favorite players.
 

·
Registered
Joined
·
4,855 Posts
today in l'equipe after his first title. He also gives explication for the retirement last week but we can say it's very convincing :lol:

L'Avignonnais a vécu une semaine divine en Suède. Il a remporté son premier titre sans perdre un set, pas même contre Robredo en finale (7-6, 6-3).
ET DONC, pour fêter la victoire d'un Français, le chef de projet sono à Bastad passa à fond du Plastic Bertrand. Bon, hier, ça planait vraiment pour Benoît Paire (hou, hou, hou, hou). « La musique ? J'ai même pas entendu, rigolait-il. J'avais un discours en anglais à faire, j'étais sous grosse tension (rires). » Des semaines comme celle-là, soit on n'en vit pas souvent soit on n'en vit pas du tout. En Suède, l'Avignonnais (62e) n'a pas perdu un seul set, dupliquant à la chaîne les victoires haut de gamme contre quelques sacrés clients (Goffin, 14e, Cuevas, 25e, Robredo, 21e). Soit la tête de série n° 1, le tenant du titre et un double vainqueur (2006 et 2008). Et, au bout du chemin, le Graal, le premier titre. « Semaine parfaite, répétait-il au téléphone, avant de s'envoler pour Hambourg. Bien sûr qu'un premier titre c'est hyper important. Mais avec Lionel (Zimbler, son coach), on avait beaucoup discuté avant pour ne pas se faire bouffer par l'enjeu. Mes deux autres finales (contre Seppi à Belgrade en 2012 et contre Gasquet à Montpellier en 2013), je les avais mal jouées. »

« JE SUIS PLUS FORT QUE QUAND J'ÉTAIS EN DEMIES À ROME »

Dans le zef, souvent, parfois sous la bruine, à basses températures, Paire a souffert au début de la finale. Mais une fois écartées deux balles de break (à 2-1 puis à 3-2), il a posé sa patte sur le match. C'est lui qui a fait le jeu, lui qui a pris les risques. Quand il a cochonné deux coups droits à 4-3 dans le tie-break, il a contenu sa rage. Quand, juste après, Robredo s'est procuré deux balles de set, Paire n'a pas reculé, faisant même craquer le briscard espagnol (33 ans) au bout d'un rallye stressant. Et, à la fin, quand il a fallu donner l'estocade, Paire ne s'est pas renié et a sorti une amortie géniale, deux mètres derrière sa ligne. Sa neuvième du set !« Je me suis dit : “Vas-y, tente-la !” raconte-t-il. Cette finale, je suis allé me la chercher. J'ai été le plus agressif. Même s'il y a eu des fautes grossières, c'est pas grave. Je m'en foutais du beau jeu, je voulais gagner. » Et rejoindre Gasquet (Montpellier et Estoril), Simon (Marseille) et Mahut (Den Bosch) parmi les diplômés français de l'année.

Et si, à vingt-six ans, cette semaine lui faisait passer un cap ? Déjà, ce matin, Paire est promu 42e mondial, lui qui croupissait au 149e sous-sol en février. Il doit désormais viser le top 20. Il y a deux ans, il était 24e avant que ses tendons rotuliens foutent tout en l'air. Il doit viser les deuxièmes semaines en Grand Chelem, ce territoire jamais exploré malgré cinq présences au troisième tour. Et candidater à la Coupe Davis. « La Coupe Davis, c'est un objectif mais ça ne viendra qu'avec les résultats. Le cap, je vais le passer. Je suis 42e et je n'ai presque pas de points à défendre en fin de saison. Je ne compte pas m'arrêter là. Regardez, je viens de gagner mais je ne suis pas dans l'euphorie. Je suis plus fort que quand j'étais en demies à Rome (en 2013, après avoir sorti Del Potro). Rome, c'était un exploit. Mon jeu n'était pas aussi stable. J'avais plus de coups moyens. Aujourd'hui, je suis fier de moi. » Et un peu revanchard aussi. Contre ceux qui l'ont « excommunié » parce qu'il n'aime pas Wimbledon (son gazon surtout) et qu'il le dit. Contre ceux qui l'ont houspillé en le voyant balancer un jeu, contre Volandri, il y a dix jours au Challenger de San Benedetto. Il finira par abandonner. « Contre Volandri, je me fais mal à une cheville. Le jeu que tout le monde a commenté, c'est celui d'après. Je le lâche parce que je suis dégoûté de m'être fait mal, pas pour faire parler de moi. Peu importe. Moi, je sais d'où je reviens. »

FRÉDÉRIC BERNÈS

TROIS CHOSES QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR BENOÎT PAIRE

1. Quand il avait treize ans, plusieurs centres de formation de foot, dont celui de l'OM, ont essayé de le recruter. « Je jouais au Pontet (près d'Avignon) et on avait fait un beau truc en Coupe de France. Les gens de l'OM appelaient chez moi. Ils insistaient. J'étais meilleur au foot qu'au *tennis mais je ne voulais pas *quitter ma famille. J'avais peur de partir loin de la maison. Aujourd'hui, je suis supporter de l'OM à mille pour cent. »

2. Redescendu très bas au classement à cause de ses problèmes de genoux, Paire n'a pas rechigné à repasser par les petits tournois. En janvier, il remportait le Future de Bressuire (Troisième Division). « Gagner dans la même saison un Future, un Challenger (et même deux, Bergame en février, Quimper en mars) et un ATP 250 (hier à Bastad), ça doit être rarissime. »

3. Benoît Paire est « capilloma*niaque » et il ne se soigne pas. « Mes proches me trouvent insuppor*table avec ça (rires). Avec mes cheveux, je suis hyper minutieux. Je vais chez le coiffeur une fois par semaine. Pour me coiffer le matin, je prends un temps fou. Moi, dans ma coiffure, je vois des détails que personne ne remarque. En finale (hier), avec le vent et la pluie, c'était l'enfer pour moi ! » F. Be.
 

·
Registered
Joined
·
4,855 Posts
An interview of his coach made before Robredo match

Aujourd'hui, Benoît Paire affronte Tommy Robredo. Son entraîneur, LIONEL ZIMBLER, explique comment il travaille avec son élève dissipé et attachant.
S es cheveux ont un peu repoussé. Lionel Zimbler ne les a pas perdus en regardant son élève Benoît Paire. Et pourtant ! Il a simplement honoré son pari en se rasant la tête quand son protégé a gagné son premier tournoi à Bastad fin juillet. Le tandem de Sudistes est inséparable et inénarrable. Depuis cinq ans, l'entraîneur a pris sous son aile le trublion avignonnais. Avec sa faconde habituelle et une vraie affection, «Lio » parle de « Ben ». Après avoir répondu aux obligations de la presse, le 42e mondial, vainqueur de Kei Nishikori au premier tour, ne peut pas s'empêcher de venir un peu écouter ce que raconte son mentor.

« COMMENT on coache un ‘'zinzin'' ?

- Je me le demande encore parfois (sourire). Avec lui, j'ai l'impression d'être obligé de m'adapter tous les jours. Je change de chemin régulièrement en fonction de son état. C'est moi qui m'adapte à ce qu'il me propose alors que ça devrait être un peu l'inverse de temps en temps. Ça bouffe un jus de dingue (sourire), mais c'est notre fonctionnement. On discute et il arrive à s'ouvrir à moi. On est obligé de l'accepter comme il est. Est-ce qu'il est zinzin ? Est-ce que c'est un artiste ? J'en sais rien. Il ne le fait pas exprès, c'est lui.

Comment composer entre son talent et son autodestruction ?

- Le talent en se détruisant, il sert à quoi ? À rien ! Il pourra peut-être exprimer son talent sur la continuité quand il aura stabilisé les montagnes russes dans sa tête. Aujourd'hui, on est encore dans les montagnes russes, il monte très haut et il descend très bas. Il ne sera jamais comme tout le monde. J'aimerais bien que les montagnes russes deviennent des vaguelettes. C'est là-dessus qu'on travaille. On essaie plein de choses.

Quoi par exemple ?

- La semaine dernière, à l'entraînement, je me suis mis dans les tribunes. Quand j'étais à côté de lui, il s'en servait pour me dire constamment : ‘'Lio, ça va pas.'' Je lui ai dit : ‘'Maintenant, tu parles à un panneau, je ne suis pas là.'' Les gens nous prennent pour des fous (rires). Comme par hasard, il n'a plus dit un mot. Tous les jours, il a besoin de dire que ça ne va pas, c'est peut-être sa façon à lui de se mettre au fond pour repartir. Tu ne sais pas si c'est vrai ou pas. Pendant dix jours avant l'US Open, il me fait passer l'enfer. Puis il arrive sur Nishikori et il retrouve son niveau de jeu en vingt minutes ! Et il peut le perdre aussi en vingt minutes. Par moments, il est possédé. Il faudrait presque pouvoir rentrer sur le terrain, lui mettre des glaçons sur la tête et lui dire : ‘'Qu'est-ce qui t'arrives, tu n'es plus là ! ‘'

Avez-vous envisagé de faire appel à un préparateur mental ?

- Oui, mais il ne veut pas. On en a parlé plusieurs fois. J'estime connaître des gens de confiance, mais il a peur de se livrer et que ça le fasse trop réfléchir. Quand on connaît la prépa mentale, il y a le pour et le contre.

« BENOÎT T'EMMÈNE DANS SA FOLIE, C'EST AUSSI POUR ÇA QUE TU VIBRES ET QUE TU AS ENVIE DE LE TUER »

Il faut être un saint pour l'entraîner ?

- En dehors du tennis, il n'y a pas deux joueurs comme lui, capable de te dire merci, de s'excuser, d'être aussi gentil, etc. Sur le court, je me bats, je me bats, mais il me donne aussi la force de me battre. Il est très attachant. Je peux le protéger comme lui dire ses quatre vérités en face. J'ai entraîné beaucoup de joueurs (Saulnier, Santoro, Mahut, Roger-Vasselin, etc.), mais celui qui m'amène le plus haut en émotions, en plaisir ou en énervement (sourire), c'est lui. Ça vaut le coup de le vivre. Benoît t'emmène dans sa folie, c'est aussi pour ça que tu vibres et que tu as envie de le tuer (sourire).

On dit aussi qu'il ne travaille pas…

- Non, il travaille. Mais on n'est pas dans la quantité, on est si possible dans la qualité. Aujourd'hui, il s'entraîne correctement même si c'est le match qui l'intéresse. Il a compris qu'il fallait répéter des schémas. À l'entraînement, il a toujours besoin de bien jouer. Sa vie, c'est prendre du plaisir. Pour l'instant, je n'ai pas réussi à lui faire comprendre qu'il faut prendre du plaisir dans la bagarre.

Battre son premier top 5 peut-il débloquer des choses ?

- Je pense qu'il le sait. C'est d'ailleurs pour ça qu'il s'énerve le tour suivant. Il pense qu'il doit gagner tranquille en trois sets. Il cherche la facilité. Ce n'est pas un gros guerrier. On lui a tellement répété qu'il avait du talent qu'il peut en oublier les bases. Les bases, c'est le combat. Quand il se fait mal, il fait partie des meilleurs joueurs au monde. Contre Nishikori, il se fait mal et il ne perd pratiquement pas de points du fond dans les rallyes. Aujourd'hui, il faut qu'il se fasse mal tous les matches quoi qu'il arrive. Contre Ilhan (son deuxième tour), il n'a presque qu'une envie, c'est quitter le terrain. Pour lui, le tennis, c'est son match contre Nishikori. Tant qu'il raisonnera comme ça, on aura des très gros bas quand ça ne va pas.

Quand il dit qu'il est ‘'un nouveau Benoît Paire'', ça vous fait sourire ?

- Oui. Aujourd'hui, c'est le nouveau Benoît Paire et peut-être que dans quinze jours il va se demander ce qui lui arrive. Mais il est sincère au moment où il le dit. »

Sophie Dorgan
 

·
Registered
Joined
·
4,855 Posts
Long interview from Benoit :)

Le plus fantasque des joueurs de tennis français s'est hissé à la 21e place mondiale sans renoncer à mettre un peu de folie sur les courts. En lice à partir de lundi à Bercy, où il reste sur une sortie houleuse, Benoît Paire, 26 ans, n'est toujours pas du genre à mâcher ses mots.

Au terme d’une année à son image, l’enfant terrible du tennis français a commencé par toucher le fond en février (149e mondial) pour connaître le meilleur classement de sa carrière (21e) avant de débarquer à Bercy, ce lundi. Il a gagné un tournoi de troisième zone en Future, deux Challengers, et aussi son premier titre sur le grand circuit à Bastad, cet été en Suède, dans une sorte de « Grand Chelem » unique en son genre. Sur cet Avignonnais de 26 ans décalé, attachant et énervant, on a tout entendu. Qu’il fallait qu’il fasse la paix avec lui-même. Qu’il était un étalon mal formé. Qu’il avait parfois des attitudes choquantes. Viré de la fédération à 19 ans, Benoît Paire n’a jamais renoncé à ses principes de vie. Hors norme dans son jeu et dans son comportement, il a une vertu principale quand on veut l’écouter : dire toujours ce qu’il pense.

Vous allez retrouver Bercy, là où il y a deux ans pour votre dernière apparition, vous aviez traité le public d’« abrutis ». Vous craignez ce retour?
Oui, j’appréhende un peu. Mais je me dis que ça date d’il y a deux ans et que pas mal de choses ont changé depuis. Et j’ai hâte d’y retourner, finalement ! J’ai fait deux Bercy et ça s’est mal passé deux fois. La première fois, en 2012, j’ai été sifflé après un match contre Nishikori ; la deuxième, c’était l’année suivante, face à Pierre-Hugues Herbert que j’avais joué blessé avec une fissure du tendon, parce que je pensais que le tableau était correct pour moi. Mais je me suis rendu compte que j’avais beaucoup trop mal, ça ne s’est pas passé comme je le souhaitais et je l’ai mal vécu.

Vous regrettez ce que vous avez dit ce jour-là à la sortie du court, après cette défaite au premier tour ?
Je ne regrette pas cette phrase, même si j’ai un peu dépassé les limites en m’énervant alors que j’aurais dû abandonner avant. C’est tout. Je suis sifflé parce que je m’énerve, et parce que le public de Bercy est particulier, faut pas se le cacher. Le moindre faux pas, le moindre petit signe d’agacement, la moindre discussion avec l’arbitre, hop ! direct sifflet. « Abrutis », c’était plus pour ceux qui me sifflaient pour rien. Quand je suis rentré sur le court, j’avais déjà eu droit à « Paire de couilles » et autres, des petites réflexions qui ne font pas du bien. Je ne pense pas avoir dépassé les limites. Il y a vraiment des abrutis. Des gens qui ne comprennent vraiment pas le tennis, qui feraient mieux de rester chez eux.


« Parfois, il m'arrive d'avoir envie de quitter un court. Si je n'ai pas envie, autant rentrer à la maison ! »


C’est dur d’être pris pour le sale gosse ?
Je préfère être comme ça que d’être lisse, de passer inaperçu. Et que personne ne se souvienne de moi. Je suis plutôt fantasque. Sur le court, j’essaie de prendre du plaisir, j’essaie d’en donner, j’essaie de faire un spectacle. Je ne me force pas, c’est juste que je suis comme ça. J’ai toujours fait ce que j’avais envie de faire. Quand je veux quelque chose, je le prends. Quand je veux aller quelque part, j’y vais. Parfois, il m’arrive d’avoir envie de quitter un court. Si je n’ai pas envie, autant rentrer à la maison ! Avant, j’étais capable de balancer un match quand j’étais dans ces états-là. C’est beaucoup moins le cas maintenant. Mais ce n’est pas toujours simple de gérer ça sur un court.

Si le tennis vous met dans ces états-là, pourquoi avoir continué ?
Parce qu’il y a des moments tellement bien que rien n’égale ça. Je me souviens d’un match contre Kyrgios à l’Open d’Australie, l’an dernier, c’était juste génial avec l’ambiance qui régnait là-bas. Je n’oublie pas les quatre mois que j’ai passés dans un lycée agricole quand j’étais jeune, à apprendre toutes les différentes races de cochon en arrivant à l’école avec des chaussures de sécurité. Je n’ai pas beaucoup aimé ces mois-là, rien ne m’intéressait…

On a l’impression que vous êtes centré sur vos sensations, quitte à oublier ce qui se passe alentour et flirter parfois avec l’irrespect…
C’est vrai, je suis beaucoup sur la sensation dans tout. Sur ce qui me fait du bien. Sur le son de la balle ou le bruit de la raquette à l’entraînement. Quand je joue, si je ne sens pas bien la balle, je vais dire : « Hou là là, c’est catastrophique. Je ne vais pas gagner. » J’ai un peu changé là-dessus, mais l’histoire des sensations, c’est toujours un peu sensible. Je suis toujours à la recherche de la perfection.

Cette quête de perfection, d’où vient-elle ?
C’est drôle, parce ce que, dans la vie, je ne suis pas perfectionniste du tout. Ce n’est qu’en tennis que je ressens ça. Depuis tout petit, je sens ce regard des autres. Je me mets dans la tête des gens et je me demande : « Qu’est-ce qu’ils se disent en me regardant jouer ? Est-ce qu’ils se disent : “Il est nul” quand je rate un coup ? » Ça me fait poser pas mal de questions. Aujourd’hui, j’arrive à prendre du recul parce que j’ai un autre statut. Je sais que les meilleurs arrivent à rater des coups très faciles. Mais avant, ça m’a beaucoup pesé. J’avais du mal à m’entraîner devant du monde. Mais j’ai franchi un cap.

Souvent, vous parlez de déclic. Et une semaine après, vous replongez dans vos travers…
Vous savez où j’ai eu cette sensation d’avoir grandi ? À Bressuire, en tout début d’année. Un simple tournoi Future. C’était parti d’une défaite juste avant en qualifs de l’Open d’Australie, où je n’avais plus aucun repère, après presque huit mois sans jouer à cause d’une blessure au genou. J’ai donc décidé d’aller à Bressuire et là, à partir du premier point, j’ai commencé à serrer les dents alors que je jouais contre un 700e mondial, au premier tour d’un tournoi Future pour gagner un point ATP ! C’était à double tranchant. Si je perdais au 1er tour, ça me coulait complètement… Mais ça a payé. J’ai vu que je pouvais avoir la niaque dans ce genre de circonstances. Je l’ai fait avec mon instinct. Mon instinct, il est parfois complètement bête, mais là, je savais ce dont j’avais besoin. Et quand j’ai gagné là-bas, je me suis dit : « J’ai changé, je ne suis plus le même homme. » Ce tournoi m’a fait vraiment du bien.

Malgré tout, on vous a vu craquer quelques mois plus tard dans un Challenger en Italie à San Benedetto (une vidéo le montre lâchant de nombreux points sans même jouer)
Je lâche, je lâche. Mais on en a trop parlé ! J’avais mal au pied. Je menais, il faut le savoir, 6-1, 2-1 break, juste avant que la douleur ne soit trop vive (il abandonnera face à Filippo Volandri sur le score de 6-1, 2-6, 2-0).

Vous n’arrivez pas à avoir une attitude normale, même en perdant ?
Je suis mauvais perdant, et ça, c’est une valeur positive. Détester perdre, c’est bon. Si on ne râle pas quand on perd… Et puis après ce fameux match, moi, je savais que ça allait. Je rassurais tout le monde : « Ne vous inquiétez pas ! Je me sens bien. » Peu de temps après, je gagne à Bastad (tournoi ATP 250, fin juillet en Suède).

Le mois dernier à Tokyo, vous avez joué en demi-finales avec des chaussures trouées. On se dit fatalement que cette réputation de tête en l’air est quand même fondée…
Ça montre surtout que je suis un peu superstitieux ! Ces pompes, je les aimais parce que je gagnais. Oui, elles sont trouées, mais c’est ma paire fétiche. Et ça ne m’a pas empêché de battre Nishikori chez lui, là où il est une idole ! Ce n’était pas un show. Le niveau de jeu était tellement bon que les gens me respectaient. Et cette sensation, je l’ai aimée.


« Les Tsonga, Gasquet, Monfils sont devant. Maintenant, il va falloir les taper ! »


Ça donne des idées ?
Forcément. Je me dis maintenant que je suis capable de faire un gros truc en Grand Chelem. Mais il faudra passer certains caps. Jouer par exemple des Français en me persuadant que je peux les battre. En septembre, quand je suis arrivé contre Tsonga en huitièmes de finale de l’US Open, je savais que ça allait être pour moi un match très compliqué parce que je le respecte beaucoup. Et ça s’est vu. Pour l’instant, les Tsonga, Gasquet, Monfils sont devant. Maintenant, il va falloir les taper !

Vous avez dit un jour : « J’ai toujours réussi sans faire beaucoup d’efforts, pourquoi me mettre minable ? » Quels efforts êtes-vous prêt à consentir aujourd’hui ?
Je suis prêt à changer pas mal de choses. Tout changer, non ! Je ne ferai jamais comme Federer, qui a changé son attitude du jour au lendemain. Impossible. La vie de Djokovic, avec sa diététique, ses étirements et tout ça, je ne peux pas ! Au bout de deux mois, je craque. Je pense que je vais travailler plus dur, mais je ne serai pas celui qui va faire deux séances de physique par jour, qui va se mettre chiffon à chaque entraînement. Le développé-couché ? J’ai même régressé, ça me faisait mal à l’épaule. Mais je me fais masser, maintenant ! J’ai prévu une préparation physique cet hiver avec Paul Quétin (préparateur physique de l’équipe de France) à Paris. Et je fais un peu plus attention à ce que je mange. J’ai pris un burger à Brest, mais juré, ça faisait un petit moment que je n’en avais pas mangé.

Vous pensez qu’un « fou » de votre espèce peut avoir sa place au sommet de la hiérarchie ?
Oui, je le pense. Il faut rester calme dans la folie, mais il en faut un peu pour essayer de perturber les mecs trop sérieux et les détrôner. J’ai le sentiment que beaucoup de gens ressentent ce besoin de plus de folie dans le jeu, de joueurs plus attractifs. J’aimerais bien que la nouvelle génération fasse bouger les choses. Il faut des gens comme Fabio Fognini, avec qui il se passe quelque chose. En tout cas, je préfère être comme je suis que comme certains tops 10 dont on ne parle jamais.

Vous sentez que ça commence à prendre autour de vous ?
Oui. Avec mon niveau qui monte, ma vie privée, je sens que ça bouge. Je sens qu’en fin d’année je vais avoir beaucoup de sollicitations… Avant, les sponsors avaient un peu peur de se mouiller, vu ma réputation. En tapant Benoît Paire sur internet, c’était cassage de raquette, et ce n’était pas forcément bon pour la marque. Il faut savoir qu’il n’y a pas non plus que des spécialistes dans le sponsoring… Maintenant, je suis non seulement celui qui est bon au tennis, mais dont en parle beaucoup.


C’est vrai qu’avec la chanteuse Shy’m pour compagne, vous passez en mode people…
J’ai plutôt bien géré ce côté paparazzi. C’est quelque chose que je ne connaissais pas, ça m’a un peu surpris. Mais après, ça fait partie de leur job, je l’ai accepté, ça s’est vite calmé. Chanteuse, ça se rapproche du milieu du tennis avec des sacrifices et des tournées. Il faut trouver une bonne personne qui est capable de comprendre mon métier. En ce moment, ça se passe très bien.

Votre look y contribue aussi un peu, non…
Le travail sur le look, je le fais tout le temps ! J’aime bien être présentable, avoir une belle tenue ; un bon style. Dans la vie, je me regarde beaucoup. Coiffure, mode, c’est quelque chose d’important.

Et puis il y a votre jeu, totalement hors norme… Ces amorties revers, elles viennent d’où, au fait ?
Du Pont-du-Gard, avec mon frère. On se faisait un petit terrain, et on s’organisait des parties pendant deux-trois heures. Entre les arbres, sur de la terre, on montait un filet de volley. Les grands-parents venaient nous voir jouer. Ce n’était que du jeu en toucher. Ça m’a fait travailler les petits coups. Quand je me retrouve à faire un contre-amortie, j’en ai fait tellement quand j’étais petit, que maintenant je sais quoi faire…

Ne me dites pas que vous n’abusez pas parfois de vos « Paireries » pour déstabiliser vos adversaires…
Je ne suis pas provocateur, mais je peux agacer certains joueurs… Les gens peuvent avoir l’impression que je me fous un peu de leur gueule avec mes coups bizarres, mes amorties, mes postures. Mais si certains le prennent mal, tant pis pour eux. Je n’en ai rien à foutre. Tant que je gagne mon match.


« On a critiqué Arnaud Clément. Mais c'était la faute des joueurs qui n'ont pas fait le job »


Vous vous sentez bien sur le circuit ?
Avant, j’étais à faire ami-ami avec tout le monde. Maintenant, je suis plus à faire mon truc. J’ai Stan (Wawrinka) et Édouard (Roger-Vasselin) comme amis, et ça va. Le fait d’avoir gagné un titre change le regard des autres joueurs. On me voyait comme le Benoît qui allait forcément finir par craquer. Maintenant, on me regarde plutôt comme celui qui est très dangereux et qui peut battre n’importe qui.

Ça peut plaire à Yannick Noah…
C’est quelqu’un que je ne connais pas du tout. On a discuté deux minutes récemment à Roland-Garros. Pour l’instant, je fais mon truc. Pour être honnête, j’étais très proche d’Arnaud Clément. Ce qui s’est passé envers lui n’a pas été correct. Arnaud était capable de la faire gagner, cette Coupe. Ça n’a tenu qu’à un double contre les Britanniques. Si on le gagne, la Coupe, elle est pour nous. Clément, il n’a juste pas eu de chance. On l’a critiqué, mais ce n’était pas sa faute. C’était la faute des joueurs qui n’ont pas fait le job qu’ils devaient faire, faut pas se cacher.

Est-ce que vous vous sélectionneriez en Coupe Davis ? Rapport à votre instabilité…
Pour l’instant, je sélectionnerais les meilleurs. Richard, Gaël, Jo. Mais sur un match important, je pense que je serais capable de faire la différence. J’adore me transcender. Et sur un cinquième match, je me sentirais bien.
 

·
Premium Member
Joined
·
4,944 Posts
Discussion Starter #8
Long interview from Benoit :)
Thanks soulage :wavey: Great interview from Ben. As always, he says exactly what he thinks! I'm very happy to hear that he will do his winter training with Paul Quetin - there is no better French physical fitness trainer in my opinion, he helped Richard very much.
 
1 - 9 of 9 Posts
Top