Articles & interviews - Page 8 - MensTennisForums.com

MensTennisForums.com

MenstennisForums.com is the premier Men's Tennis forum on the internet. Registered Users do not see the above ads.Please Register - It's Free!

Reply

Old 10-19-2008, 03:32 PM   #106
country flag Truc
Registered User
 
Truc's Avatar
 
Join Date: Feb 2005
Location: Berlin
Posts: 17,349
Truc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond repute
Default Re: Articles & interviews

There is a nice portrait of him today in Le Progrès (the Lyon newspaper, so they asked the players and trainers who are in Lyon atm):
http://www.leprogres.fr/sports/omnisports/1052215.html

Nothing really new for us. Everybody is a bit puzzled, Dominguez (in charge of the FFT) says he would never have expected that, but Hagelauer means that if Davydenko and Ferrer were able to stay in the top 10, why not him?
Ascione says he's not very fast, and yet, it's almost impossible to hit a winner against him. He seems to attract the ball.
Morel who was with him at the INSEP says he wasn't very professional, used to spend his time playing video games.
Ascione means he's very clever ("il a oublié d'être con") and has always been a little bit on the sidelines, in his own world.
Dominguez calls him "attachant et mariolle" (endearing and crafty).
Attached Images
File Type: jpg Le progrès.jpg (172.8 KB, 23 views)
Truc is offline View My Blog!   Reply With Quote
Sponsored Links
Advertisement
 

Old 10-20-2008, 11:16 AM   #107
country flag Månu
Registered User
 
Månu's Avatar
 
Join Date: Jan 2008
Location: Carlsbergland
Age: 31
Posts: 942
Månu has a reputation beyond reputeMånu has a reputation beyond reputeMånu has a reputation beyond reputeMånu has a reputation beyond reputeMånu has a reputation beyond reputeMånu has a reputation beyond reputeMånu has a reputation beyond reputeMånu has a reputation beyond reputeMånu has a reputation beyond reputeMånu has a reputation beyond reputeMånu has a reputation beyond repute
Default Re: Articles & interviews

I found this article: "Gilles Simon: an inspiration"

http://www.tennisgrandstand.com/archives/2133

I like the conclusion...
__________________
If life seems jolly rotten
There's something you've forgotten
And that's to laugh and smile and dance and sing.

"We still believe that all people are born bad and are made good by society, rather than the opposite" Trey Parker & Matt Stone
Månu is offline View My Blog!   Reply With Quote
Old 10-20-2008, 11:49 AM   #108
country flag rtgy
Registered User
 
rtgy's Avatar
 
Join Date: Aug 2008
Location: In my beautiful home!
Age: 33
Posts: 3,758
rtgy has a reputation beyond reputertgy has a reputation beyond reputertgy has a reputation beyond reputertgy has a reputation beyond reputertgy has a reputation beyond reputertgy has a reputation beyond reputertgy has a reputation beyond reputertgy has a reputation beyond reputertgy has a reputation beyond reputertgy has a reputation beyond reputertgy has a reputation beyond repute
Default Re: Articles & interviews

Quote:
Originally Posted by Månu View Post
I found this article: "Gilles Simon: an inspiration"

http://www.tennisgrandstand.com/archives/2133

I like the conclusion...

"............Simon’s flawless return of serve, screaming two-handed backhand down the line, world-class speed, nerves of steel, and heart of a champion!"


oh yeah.............i like the conclusion too!!!
rtgy is offline View My Blog!   Reply With Quote
Old 10-21-2008, 07:18 AM   #109
country flag Truc
Registered User
 
Truc's Avatar
 
Join Date: Feb 2005
Location: Berlin
Posts: 17,349
Truc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond repute
Default Re: Articles & interviews

The 2nd part of his audio interview is about Rafa and really nice, if you speak French:
http://www.fft.fr/bnpparibasmasters/2008/?ID=4161
As I said last time, it's not so common to hear French players being that much in love with Rafa.
He says they're getting along with Rafa (hence the friendly handshake at the Australian Open).
Rafa is such a nice, unaffected guy in the locker room, not arrogant at all. It's normal for Gilles to respect Rafa, but he finds it quite amazing when Rafa seems to respect him too. It cracked him up for example when Rafa congratulated him for his Indianapolis title in Toronto since Rafa had just won RG, Wimbledon, etc. ("if you're congratulating me, what am I supposed to say?")

He just says very simple things, but it's nice (he has a really cute way sometimes to talk about his fellow players, I also remember his audio interview in Marseille in 2007 when he sounded sincerely disappointed for Nieminen - "he's so 'adorable', don't you think so?")

Last edited by Truc : 10-22-2008 at 09:39 AM.
Truc is offline View My Blog!   Reply With Quote
Old 10-21-2008, 07:22 AM   #110
country flag Truc
Registered User
 
Truc's Avatar
 
Join Date: Feb 2005
Location: Berlin
Posts: 17,349
Truc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond repute
Default Re: Articles & interviews

And the article in L'Equipe about what the other players in Lyon think of him:
Quote:
Simon les fait parler
Entraîneurs et joueurs français présents à Lyon commentent la trajectoire du finaliste de Madrid. Avis contrastés.

JOUERA ? JOUERA PAS ? Gilles Simon est attendu comme le Mecir au palais des sports de Gerland, où il est censé lancer son tournoi de Lyon demain par un premier tour accessible face à Juan Monaco (44e, blessé cet été et loin de sa meilleure forme). Mais Simon, c’est dix-sept manches et 13 h 18’ d’efforts intenses à Madrid la semaine dernière, dont 3 h 22’ consacrées exclusivement à écoeurer Nadal en demi-finales. Simon, c’est désormais un dossard de numéro 10mondial. C’est aussi la perspective d’une qualification au Masters qui passerait plus par un « coup » à Bercy qu’à Lyon, où tout résultat moins flatteur qu’une demi-finale ne rapporterait pas le moindre kopeck ATP. La tentation de la semaine off doit être forte.
En attendant Simon, hier, dans les travées de Gerland, joueurs et entraîneurs avaient évidemment tous un avis à proposer sur le phénomène. Tous sauf un. Jérôme Potier, ex-entraîneur du Niçois, sérieusement fâché depuis la rupture, ne veut plus parler de lui. Eh oui, ne jamais oublier que Gilles Simon ne fait pas l’unanimité. Son jeu, son caractère : tout chez lui peut prêter à la divergence des points de vue. C’est l’atypique qui pique. « Franchement, il y a encore pas longtemps, je ne pensais pas qu’il intégrerait un jour le top 10, avoue Sébastien Grosjean. Pourtant, battre Nadal, chez lui, en Masters Series, c’est très, très fort. Cela dit, son parcours m’impressionne, mais son jeu, non. J’ai du mal à imaginer qu’il puisse aller très loin en Grand Chelem s’il ne s’économise pas davantage dans les premiers tours. »
Champion : « Ça me rappelle Becker »
« L’essentiel, c’est qu’il a toujours cru en lui, souligne Thierry Champion, qui fut « opposé » deux fois à Simon dans son costume d’entraîneur de Paul-Henri Mathieu l’an dernier. Son truc, c’est qu’il n’a jamais peur. À la fois en dehors du terrain (c’est d’ailleurs ce qui énerve les autres, qui estiment qu’il a le “melon”) et sur le court. » « Comme par hasard, les deux Français qui ont réussi à battre Nadal cette année (Simon et Tsonga) sont les deux qui ont le plus confiance en eux, relève Fabrice Santoro. Gilles, je ne le trouve pas du tout prétentieux, même si c’est vrai qu’il est un peu en marge. »
« Parfois, cette confiance peut ressembler à de l’arrogance, ressent Grosjean. Surtout quand il dit : “Lui, je sais comment le jouer” et qu’ensuite il prend 6-1, 6-1. »
« Ça ne date pas d’hier, ce sentiment profond d’être “au-dessus” de l’adversaire, se souvient Olivier Malcor, coach du duo Benneteau-Llodra. Il y a quelques années, j’étais sur la chaise du capitaine avec lui comme joueur en interclubs avec le Racing. Au changement de côtés, c’est lui qui m’expliquait comment il allait continuer son match tactiquement. Sa capacité d’analyse était déjà là. Ilme fait penser à Santoro. Il a une idée très précise sur ce qu’il doit faire et il est prêt à mourir avec cette idée. » « Il a toujours beaucoup joué (de matches par saison), ce qui lui a permis très vite de se jauger par rapport aux autres, rappelle Éric Winogradsky, l’entraîneur de Tsonga. C’est un “matcheur”. Il ne se pose même pas la question de savoir s’il a sa chance. Comme Jo (Tsonga), comme Gaël (Monfils). » « C’est vrai qu’il est comme eux, confirme Champion. Ça me rappelle Becker quand il était jeune et qu’il disait qu’il n’avait pas peur des anciens. Ce truc, ça me bluffe. »
Grosjean : « Gilles 10e, c’est rassurant pour les autres joueurs »
Et son jeu ? « Gilles 10e, quelque part, c’est rassurant pour les autres joueurs, lance Grosjean. Ça montre qu’on peut être dans le top 10 sans avoir un grand coup. Aller plus haut, je ne sais pas, mais je le lui souhaite. Dommage qu’il n’ait encore rien fait en Grand Chelem. Ce sera sa prochaine étape s’il entend s’installer là. »« Il bloque en Grand Chelem ? Il bloquait aussi en Masters Series jusqu’à cet été, rappelle Guillaume Peyre, coach de Richard Gasquet. S’il est capable de battre Federer et Nadal, alors je ne lui vois pas de limites. » « Je ne l’imaginais pas aussi haut, aussi vite, reconnaît Santoro. Samedi, face à Nadal, (silence admiratif) pffff... Dire qu’il n’a pas de coup est un non-sens. Il a un timing exceptionnel. Mais ça n’empêche qu’il est aujourd’hui dans le top 10 alors qu’il a encore des lacunes. Plutôt bon signe pour la suite, non ? » « Gilles est aussi la preuve que le tennis est un sport pour tout le monde, remarque Tsonga. Pas besoin d’être une montagne de muscles pour faire avancer la balle. Pour moi, ce qu’il a réussi à Madrid est la suite logique de sa saison. » Plus fort encore, son exploit d’il y a trois jours contre Nadal avait presque été annoncé : « Je suis rentré de Cincinnati par le même avion que Gilles cet été, raconte Malcor. Dans le salon d’embarquement, il m’a scotché en me disant : “Je ne comprends pas comment les autres jouent Nadal tactiquement. Ils le jouent mal.” Mon premier réflexe a été de me dire : “Quand même, quel melon !...” Sauf que deux mois après, il tape Nadal en demi-finales à Madrid... » Gilles Simon, ou comment mettre autant de poids dans les mots que dans la balle.
JULIEN REBOULLET (avec V. C.)
Truc is offline View My Blog!   Reply With Quote
Old 10-21-2008, 07:50 AM   #111
country flag Truc
Registered User
 
Truc's Avatar
 
Join Date: Feb 2005
Location: Berlin
Posts: 17,349
Truc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond repute
Default Re: Articles & interviews

I find it hilarious because they're very honest about him and you can feel he annoys a good bunch of them.
(The translation must be poor, sorry.)

Everybody was talking about him yesterday in Lyon. Everybody but Potier, his former coach who doesn't want to talk about him anymore. Gilles Simon is not consensual. Not everybody is appealed by his game and his personality.
Grosjean: "Honestly, I didn't think he would make it to the top 10. To beat Nadal at home, in a Masters Series, that's very, very big. That said, his run impresses me, but not his game. I have trouble seeing him go far in Grand Slams if he doesn't save his strength better in the first rounds."
Champion (former coach of PHM, Monfils...): "The key is that he has always believed in himself. He is never scared. Off court (which annoys the other ones who mean he is bigheaded) and on court".
Santoro: "What a coincidence - the two French players who have beaten Nadal this year (Simon and Tsonga) are the ones with the biggest self-confidence. I don't find Gilles conceited at all, even though he's a bit on the sidelines, that's true."
Grosjean: "His confidence sometimes looks like arrogance. Especially when he says: 'I know how to play against him' and loses 6-1 6-1 then."
Malcor (coach of Llodra-Benneteau): "This feeling to be above the opponent is not new with him. A few years ago, I was coaching him for an Interclub match. During the change over, he was the one explaining to me how he needed to play tacticwise. [ This is not going to work with Forget!] He already had that analytic mind. He reminds me of Santoro. He has a very clear idea of what he needs to do and he's ready to die out there to put it into practice."
Winogradski (Tsonga's coach): "He used to play a lot of matches, which has allowed him to evaluate himself in relation to the others. He loves the competition. He doesn't even ask himself if he has a chance to win. Like Jo, like Gaël."
Champion: "That's true, he's a lot like them. He reminds me of the young Becker who used to say he wasn't afraid of the older players. I find that stunning."
And his game?
Grosjean: "Knowing that Gilles is top 10 is somehow comforting for the other players. It shows one can enter the top 10 without having a great weapon. Going further? I don't know, I hope for him he will. Too bad he hasn't done anything yet in Slams. That will be the next step if he wants to stay there."
Peyre (Gasquet's coach): "A block in Slams? He also had a block in Masters Series until this summer. If he's able to beat Federer and Nadal, I don't see any limits."
Santoro admits: "I wasn't thinking he would go that high so soon. This match against Nadal on Saturday, pffff (admiring pause)... It's a non-sense to say he hasn't a weapon. His timing is exceptional. But it's true he has made it to the top 10 despite having deficiencies in his game. Which is rather a good sign, isn't it?"
Tsonga: "Gilles also is the proof that everybody can play tennis. No need to have huge muscles to speed up the ball. For me, his achievement in Madrid is the logical consequence of his season."
Malcor: "When I came back from Cincy this summer, we were on the same plane with Gilles. I was flabbergasted when he told me in the boarding lounge: 'I don't understand the tactic of the other players against Nadal. They play him the wrong way.' My first thought was: 'Boy, it has really gone to his head!' Two months later, he beats Nadal in the semi-final of Madrid..."
Gilles Simon, or how to put as much weight into the words as into the ball.

I often like Fabrice's statements about the younger generation, how he talks about Richard, Jo or here Gilles, he often is spot on.

Last edited by Truc : 10-22-2008 at 09:40 AM.
Truc is offline View My Blog!   Reply With Quote
Old 10-21-2008, 08:19 AM   #112
country flag Puschkin
Registered User
 
Puschkin's Avatar
 
Join Date: Sep 2004
Posts: 15,378
Puschkin has a reputation beyond reputePuschkin has a reputation beyond reputePuschkin has a reputation beyond reputePuschkin has a reputation beyond reputePuschkin has a reputation beyond reputePuschkin has a reputation beyond reputePuschkin has a reputation beyond reputePuschkin has a reputation beyond reputePuschkin has a reputation beyond reputePuschkin has a reputation beyond reputePuschkin has a reputation beyond repute
Default Re: Articles & interviews

Quote:
Originally Posted by Truc View Post
Grosjean: "Sometimes, that confidence looks like arrogance. Especially when he says: 'I know how to play against him' and loses 6-1 6-1 then."
Is he referring to a specific match? That brilliant Monte Carlo defeat against Ramirez-Hidalgo which I have witnessed?

Quote:
Originally Posted by Truc View Post
Grosjean: "Knowing that Gilles is top 10 is somehow comforting for the other players. It shows one can enter the top 10 without having a great weapon. Going further? I don't know, but I hope for him he will. Too bad he hasn't done anything yet in Slams. That will be the next step if he wants to stay there."
Séb and some others just sound like sour grapes.
__________________
______________________________

~♠ Gasquetaires ♠~

un pour tous, tous pour un
‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾
Puschkin is offline View My Blog!   Reply With Quote
Old 10-21-2008, 08:45 AM   #113
country flag Truc
Registered User
 
Truc's Avatar
 
Join Date: Feb 2005
Location: Berlin
Posts: 17,349
Truc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond repute
Default Re: Articles & interviews

Quote:
Originally Posted by Puschkin View Post
Is he referring to a specific match? That brilliant Monte Carlo defeat against Ramirez-Hidalgo which I have witnessed?
No! I'm sure he was injured and in pain for that match, Puschkin, even if he apparently didn't show it. He said it very clearly before and after the match and I believe him.
[Here is the summary of THE match: http://www.menstennisforums.com/show...&postcount=42]

Seb is rather hinting at statements like the ones before the matches against your Ritchie imo! Haven't you heard what Gilles said before their match at the USO 2006? It was "intense"! And Ritchie gave him such a beatdown then. ^^
Or before the Nadal match at the AO this year, he also said he knew how to beat him and he lost in straight sets.
He's very much like that, they're not just being sour grapes. I find the parts about his game being "blah" more annoying, that's why I like what Fabrice says.

Last edited by Truc : 10-21-2008 at 01:14 PM.
Truc is offline View My Blog!   Reply With Quote
Old 10-21-2008, 09:24 AM   #114
country flag Puschkin
Registered User
 
Puschkin's Avatar
 
Join Date: Sep 2004
Posts: 15,378
Puschkin has a reputation beyond reputePuschkin has a reputation beyond reputePuschkin has a reputation beyond reputePuschkin has a reputation beyond reputePuschkin has a reputation beyond reputePuschkin has a reputation beyond reputePuschkin has a reputation beyond reputePuschkin has a reputation beyond reputePuschkin has a reputation beyond reputePuschkin has a reputation beyond reputePuschkin has a reputation beyond repute
Default Re: Articles & interviews

Quote:
Originally Posted by Truc View Post
Seb is rather hinting at statements like the ones before the matches against your Ritchie imo! Haven't you heard what Gilles said before their match at the USO 2006? It was "intense"! And Ritchie gave him such a beatdown then.
What did I miss?

Fabrice is always intelligent, when it comes to tennis I feel.
__________________
______________________________

~♠ Gasquetaires ♠~

un pour tous, tous pour un
‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾
Puschkin is offline View My Blog!   Reply With Quote
Old 10-21-2008, 11:06 AM   #115
country flag Elena.
Registered User
 
Join Date: Aug 2008
Posts: 1,595
Elena. has a reputation beyond reputeElena. has a reputation beyond reputeElena. has a reputation beyond reputeElena. has a reputation beyond reputeElena. has a reputation beyond reputeElena. has a reputation beyond reputeElena. has a reputation beyond reputeElena. has a reputation beyond reputeElena. has a reputation beyond reputeElena. has a reputation beyond reputeElena. has a reputation beyond repute
Default Re: Articles & interviews

Thanks Truc, interesting reading !
Elena. is offline View My Blog!   Reply With Quote
Old 10-21-2008, 11:57 AM   #116
country flag Truc
Registered User
 
Truc's Avatar
 
Join Date: Feb 2005
Location: Berlin
Posts: 17,349
Truc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond repute
Default Re: Articles & interviews

Quote:
Originally Posted by Puschkin View Post
What did I miss?
I can't tell you, it will ruin all my hard work to promote G. Simon!

No, seriously, he didn't say anything bad about Richard, but he stressed a bit too much how close it was going to be since they're both so talented and Richard fears him too and this kind of things. His audio interview for the FFT doesn't seem to be available anymore, but there were a few bits here too:
http://www.menstennisforums.com/show...&postcount=525
Truc is offline View My Blog!   Reply With Quote
Old 10-21-2008, 12:06 PM   #117
country flag Puschkin
Registered User
 
Puschkin's Avatar
 
Join Date: Sep 2004
Posts: 15,378
Puschkin has a reputation beyond reputePuschkin has a reputation beyond reputePuschkin has a reputation beyond reputePuschkin has a reputation beyond reputePuschkin has a reputation beyond reputePuschkin has a reputation beyond reputePuschkin has a reputation beyond reputePuschkin has a reputation beyond reputePuschkin has a reputation beyond reputePuschkin has a reputation beyond reputePuschkin has a reputation beyond repute
Default Re: Articles & interviews

Quote:
Originally Posted by Truc View Post
I can't tell you, it will ruin all my hard work to promote G. Simon!

Two years ago, it did sound a bit stupid, but now?
__________________
______________________________

~♠ Gasquetaires ♠~

un pour tous, tous pour un
‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾
Puschkin is offline View My Blog!   Reply With Quote
Old 10-21-2008, 03:28 PM   #118
country flag Truc
Registered User
 
Truc's Avatar
 
Join Date: Feb 2005
Location: Berlin
Posts: 17,349
Truc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond repute
Default Re: Articles & interviews

It really was too much before that match with Richard (that's also why I was wondering about their relationship, btw, I found it a bit shocking towards Ritchie, but I now think they're fine), I don't think he would talk like that anymore.
Truc is offline View My Blog!   Reply With Quote
Old 10-21-2008, 03:30 PM   #119
country flag Truc
Registered User
 
Truc's Avatar
 
Join Date: Feb 2005
Location: Berlin
Posts: 17,349
Truc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond repute
Default Re: Articles & interviews

Another interview of the "chatterbox" :
Quote:
- « Gilles, quel est votre état d’esprit après votre fabuleux parcours au Masters Series de Madrid ?
- C’est sûr que cela a été un moment mémorable. Maintenant, là tout de suite, j’ai la pression qui disparaît. J’ai donc simplement un gros coup de barre au lendemain de cette finale. J’ai également des regrets qui arrivent par rapport au tie-break de la deuxième manche (NDLR : Simon s’est procuré deux balles de deuxième manche, à 6 points à 4 au jeu décisif). Mais il va falloir se remobiliser tout de suite pour être très performant dès cette semaine à Lyon.

- Avec ce résultat à Madrid, vous avez changé de statut, notamment grâce à votre victoire sur Nadal. C’était vraiment un énorme match de votre part…
- Ça fait plusieurs fois qu’on me dit que je change de statut ! Cette saison, j’ai déjà changé trois ou quatre fois de statut ! Vraiment, je ne le vois pas comme ça. J’ai fait de très bons matches cette année, comme contre Federer à Toronto. Là, j’ai encore réussi à me prouver que j’étais capable de battre un numéro 1 mondial. Ça a été une très bonne chose pour moi. C’est très bon pour la confiance aussi. Maintenant à moi d’essayer d’appliquer tout le temps le tennis que j’ai réussi à pratiquer contre ces joueurs-là. Pas seulement quand il faut jouer les tout meilleurs justement, mais de façon plus régulière afin d’essayer de s’économiser un peu au physique et de jouer une finale dans de meilleures conditions qu’à Madrid !

« SANS LA VICTOIRE SUR FEDERER,
IL N’Y AURAIT PAS EU LA VICTOIRE CONTRE NADAL »


- Cette victoire face à Nadal, devant son public, est-elle la plus belle de votre carrière ?
- Je pourrais dire que c’était la plus belle parce que c’est sûrement celle où j’ai pris le plus de plaisir. Dès le début du deuxième set, toute la pression a disparu, j’avais juste envie de faire un très grand match contre le plus grand joueur de la saison, chez lui, dans une ambiance vraiment particulière. J’ai éprouvé des sensations que je n’avais pas connues sur les autres matches de la saison.
Mais il y a eu aussi la victoire face à Federer qui était un peu particulière, dans un contexte différent. J’avais joué plus tendu pendant tout le match, parce que c’était une rencontre que je voulais vraiment gagner. Et je pense que sans la victoire sur Federer, il n’y aurait pas eu la victoire contre Nadal. En gagnant contre Federer, je me suis vraiment prouvé que je pouvais gagner un match comme ça. Il était encore numéro 1 à ce moment-là et c’est là que je me suis dit : « Voilà, si tu es capable de le battre, lui, tu es capable de battre tous les autres. » Cela m’a forcément aidé à ne pas me poser de questions quand j’ai joué « Rafa » samedi.

- On a parfois tendance à dire que les Français sont talentueux mais un peu friables mentalement. Or, à Madrid, vous avez sauvé six balles de match lors de votre parcours et avez gagné quatre matches au tie-break du troisième set ! C’est exceptionnel.
- Oui, ça a été assez fort. Et malgré ça, je m’en veux de ne pas avoir au moins gagné le deuxième set contre Murray en finale, en laissant passer deux balles de set. On a beau se dire qu’on aurait pu passer à la trappe dès le début, qu’il aurait suffi d’un coup droit gagnant d’Andreev sur l’une de ses balles de match (NDLR : contre Andreev au premier tour, Simon effaça quatre balles de match avant de s’imposer) pour qu’il n’y ait pas toute cette semaine incroyable… Malgré ça, ces points-là me restent en travers de la gorge. C’est un défi sans fin, on peut toujours s’améliorer. Même le joueur le plus fort mentalement et physiquement qu’est Rafael Nadal peut, lui aussi, encore s’améliorer pour essayer de gagner le match qu’il a perdu samedi. Il n’y a pas de problème. Ce n’est pas parce qu’on est Français qu’on n’a pas de mental, c’est vraiment des idées préconçues.

Moi, ma philosophie sur le terrain, c’est que j’ai le droit de mal jouer au tennis. J’ai le droit de ne pas sentir mes coups, de pousser la balle, de jouer huit mètres derrière, de faire un match pas très beau, parce qu’on ne peut pas bien jouer tous les jours. Il y a forcément des moments où l’on joue un peu moins bien, où l’on a de moins bonnes sensations, ça c’est normal. En revanche, je pense qu’on se doit de faire le maximum au niveau de la tête, au niveau des jambes. Et même si, en finale, ça a été plus dur au niveau des jambes, même si ça s’est sûrement senti, j’ai essayé de faire le match le plus parfait possible au niveau de l’attitude, parce qu’à ce niveau là, j’estime qu’on doit être irréprochable. Et surtout, on se rend compte que les joueurs qui sont devant au classement, sont eux irréprochables à ce niveau là.

- La vie d’un joueur de tennis est un éternel recommencement. On se remet en cause toutes les semaines. Mais là, vous avez peut-être le temps de vous poser un peu et de réaliser ce que vous avez fait, parce que vous êtes dans le Top 10 pour la première fois de votre carrière…
- Non, au contraire, je pense que je n’ai pas du tout le temps d’en profiter ! J’aimerais bien, mais je pense que j’aurai le temps d’en profiter quand la saison sera finie. Mais quand Nadal fait une saison aussi fabuleuse que celle qu’il accomplit cette année, il n’a pas vraiment le temps d’en profiter non plus ! Il gagne « Roland » et doit se remettre tout de suite en question pour Wimbledon. Il remporte Wimbledon et doit se reconcentrer sur les deux Masters Series qui se profilent. Il s’impose aux Jeux Olympiques et il y a l’US Open qui arrive. Il y a toujours quelque chose derrière. On ne doit s’arrêter qu’à la fin de la saison. Il n’y a qu’en novembre que l’on peut se poser, tirer un bilan, se faire plaisir pendant deux ou trois semaines en levant vraiment le pied.

- Ça ne vous a donc rien fait de voir votre nom à la dixième place du classement ?
- Si, c’est vrai que je suis très content. Souvent on dit d’un joueur : « Il sera un jour dans le Top 10. » Et puis, on n’y est jamais ! Au moins, je peux imprimer le classement et le garder au-dessus de mon lit. C’est vrai que ce serait encore mieux pour moi de finir l’année dans ce Top 10, et de me dire que sur cette saison, j’ai été dans les dix meilleurs joueurs du monde. Cela représenterait plus pour moi qu’une semaine comme ça en milieu d’année, même si on n’est plus en milieu d’année.

- Le BNP Paribas Masters vous attend avec un super défi : celui de décrocher une place pour la Masters Cup de Shanghai…
- Oui, c’est un super défi à relever. Mais d’abord, il va y avoir un tournoi très important à Lyon. Dans l’optique de la Masters Cup, je pense que ceux qui seront devant au classement à Bercy auront vraiment un gros avantage. Surtout si les tout meilleurs participent au tournoi car on se rend compte qu’à chaque fois qu’ils sont là, il y en a toujours trois sur quatre en demi-finales, ce qui laisse très peu de place à l’exploit. Ce serait bien évidemment plus facile d’aborder le BNPPM en étant déjà huitième à la Race ! Maintenant, si ce n’est pas le cas, il faudra essayer de profiter de l’avantage de jouer à la maison avec le public. Je me rends compte de l’importance que cela peut avoir, surtout quand je joue un Nadal chez lui. Toutes proportions gardées bien sûr, car à Madrid c’était vraiment de la folie !
Ça peut avoir son importance, surtout sur des matches décisifs, ou dans le cas où il y aurait des adversaires directs à affronter.

« AVEC THIERRY (TULASNE),
ON A MIS L’ACCENT SUR CE QUE J’AIMAIS LE MOINS FAIRE »

- Qu’est-ce que cela représenterait pour vous de participer à la Masters Cup de Shanghai ?
- Ce n’est pas un rêve, je n’ai jamais rêvé de jouer le Masters. Je pense que c’est un tournoi très prestigieux, qui récompense les huit meilleurs joueurs de la saison. Dans tous les cas, ce serait vraiment une très bonne expérience à vivre que d’aller là-bas. Après, ça n’a pas l’importance que peut avoir un Grand Chelem. Ça n’a pas non plus l’importance que peut avoir un tournoi comme le BNP Paribas Masters qui n’est qu’un Masters Series, mais qui se joue en France.

Mais c’est vrai que ça donne envie de se dire qu’on va aller là-bas avec les meilleurs joueurs, des joueurs du calibre de Federer, Nadal. On ne peut qu’avoir envie de les jouer. Je suis un peu dans la même optique que pour les Jeux Olympiques. Pour moi, ce n’était pas un rêve de gamin, c’était juste une super expérience à vivre, un événement que je ne voulais absolument pas rater. J’ai été très heureux d’y participer et je pense que j’irais à la Masters Cup un peu dans le même état d’esprit si je devais y aller.

- Vous devez votre belle progression à vous-même, bien sûr, mais aussi au travail que vous faites avec Thierry Tulasne. On imagine qu’il a partagé avec vous ces moments forts de Madrid…
- Oui, comme je l’ai dit, et je l’ai d’ailleurs remercié sur le court, je pense qu’on a fait du super bon boulot ces deux dernières années. Quand j’ai décidé de travailler avec Thierry, j’ai senti que c’était lui qui pouvait m’apporter les derniers éléments pour continuer de progresser. Et ça se passe très bien. Il arrive vraiment à me mettre en confiance avant les matches. Je pense que c’est ce qui fait la différence pour les dernières marches du classement. Le fait d’arriver en étant conquérant, en étant guerrier, en n’étant pas battu d’avance, même si on joue des joueurs très forts. On a souvent tendance à être impressionné et c’est normal.

Mais au niveau des émotions, Thierry arrive assez bien à ressentir ce que je ressens et il arrive aussi bien à me faire sentir ce qu’il faut que j’arrive à garder, ce qu’il faut que j’arrive à oublier. Car tout se joue à 60-70 % au mental sur ces matches là, voire même à 80-90 % quand on voit les fins de matches qu’il y a eu à Madrid. On se rend compte que c’est hyper important d’arriver dans de bonnes dispositions.

- Thierry Tulasne a la réputation d’être un entraîneur exigeant, alors que l’on a souvent dit que vous n’aimiez pas trop travailler le physique…
- Moi je trouve que pour un joueur qui était soi-disant fragile, j’ai souvent été fort physiquement ! C’est plutôt à l’entraînement que j’avais du mal à travailler. Je suis vraiment un « matcheur » dans l’âme. J’aime jouer des points et, au début, faire des gammes n’était clairement pas mon truc. Je jouais énormément de matches à cette période là, j’étais beaucoup moins rigoureux à l’entraînement. Mais c’est comme tout, ça évolue. Il y en a pour qui ça marche dans l’autre sens : c’était des pros de l’entraînement et pas forcément des compétiteurs et ils se sont découvert des qualités de « matcheur » et de gagneur aussi. On a tous un domaine où l’on est un peu plus faible à un moment donné, où l’on a moins envie. C’est pareil pour tous les joueurs. Il n’y a peut-être que Nadal qui adore jouer des matches et s’entraîner, mais sinon on a tous des choses que l’on préfère faire à d’autres.

Avec Thierry, on a beaucoup mis l’accent là-dessus, sur ce que j’aimais le moins faire (rires). Aujourd’hui, on voit bien que physiquement, je suis capable de tenir la distance. Et moi ce que je me suis prouvé, c’est qu’au-delà du fait d’avoir été capable de jouer un Rafael Nadal pendant trois heures et demi, le lendemain, même fatigué, même avec de moins bonnes sensations, j’ai été capable de faire quasiment jeu égal avec Andy Murray. Et même s’il a été plus fort sur l’ensemble du match et qu’il méritait sa victoire, j’ai eu des occasions de revenir à un set partout. Ça me prouve que même fatigué, il y a toujours d’autres moyens de gagner sur un terrain.

- Vous êtes-vous surpris au cours de cette semaine madrilène ou est-ce la suite logique du travail accompli depuis des mois ?
- C’est vraiment une continuité. Ça fait un moment que je m’applique. En plus, c’est vraiment lui rendre hommage que d’avoir fait un super match face à Nadal parce que c’est vraiment le joueur qui m’inspire le plus au niveau de l’attitude. Il y a des tonnes de matches que j’ai regardés, avec des situations où n’importe quel joueur aurait lâché, aurait pris un coup derrière la tête. Lui, il rebondit de sa chaise, il part en sprintant sur sa ligne de fond comme si de rien n’était. Souvent en le voyant faire, je me suis dit que c’était un monstre prêt à tout pour gagner. C’est un joueur dont je me suis beaucoup inspiré. Quand j’ai été mené contre lui, quand j’ai perdu le premier set sévèrement (6-3), où il était clairement au-dessus, quand au début du deuxième, j’avais très peu d’occasions et que j’étais malmené sur mes mises en jeu, je me suis dit : « Continue de te battre, donne tout ce que tu as, bats toi. » Je me suis dit ça sur ce match là, mais aussi sur ceux d’avant.

S’il y a une chose que j’ai bien compris cette saison, c’est qu’en gagnant des matches à l’arrachée, souvent, on pouvait aller très loin dans un tournoi. Ce qui m’a fait prendre conscience de ça, ce sont ces joueurs là. Souvent des Federer, des Nadal, qui ne jouent pas forcément bien au premier tour, qui sont souvent malmenés contre des soi-disant inconnus, finissent par gagner et par jouer leur meilleur niveau en fin de semaine. Alors maintenant, je me dis : « Sur chaque match, tant que tu as les moyens de passer, bien jouer n’est pas forcément le plus important. Le plus important c’est de passer, parce qu’après, les sensations reviennent forcément à un moment. »

« NADAL EST VRAIMENT LE JOUEUR
QUI M’INSPIRE LE PLUS AU NIVEAU DE L’ATTITUDE »


- A force de sauver des balles de match, comme ce fut votre cas la semaine dernière, ne finit-on pas par se sentir presque invincible ?
- Non, je ne me sentais pas invincible, parce que malgré le courage et l’envie, ce n’était pas vraiment ça au niveau des sensations pendant le tournoi. Je suis vraiment retombé dans mes travers. Je jouais loin derrière ma ligne, j’avais du mal à être offensif, j’avais du mal à abréger les échanges. J’ai été obligé de gagner comme ça, à la bagarre, au mental, en deux heures ou deux heures et demie de match à chaque fois. Il m’était impossible de produire mieux sur le terrain. Ça a été frustrant pendant une bonne partie du tournoi. Et contre Nadal au premier set, c’était encore ça. Des coups retenus alors qu’il n’y a pas de raison de les retenir lorsque l’on joue un joueur de la classe de Nadal.

Et il y a eu un déclic dans ce match là. A un moment, quand j’ai sauvé ma mise en jeu au deuxième set, à 2-1, je me suis dit : « Vas-y, sinon tu vas prendre 3 et 3 en jouant comme ça, si tu retiens tes coups. Quitte à prendre 3 et 3, joue, fais toi plaisir. Frappe la balle, tente de le mettre à deux mètres comme tu l’avais fait pendant un set en Australie. » Ce qui a été formidable pour moi durant ce match, c’est que les bonnes sensations sont revenues, en jouant vers l’avant, des points gagnants. J’ai pris énormément de plaisir dans le jeu, dans le fait de tenter des points gagnants, de faire de longs échanges.

Mais j’ai pris énormément de plaisir aussi dans la bagarre, au physique, au mental. C’est pour cela que ça a été certainement mon meilleur match de la saison, pas forcément en qualité de jeu, mais tout a été réuni dans ce match. Je suis passé par le moment où je n’étais pas bien en début de match, un peu timide, et par le moment où je me suis libéré, où il y a eu de la bagarre physique et mentale. A l’arrivée, je gagne ce match au physique et au mental face au joueur qui est le plus physique et le plus mental de la planète tennis ! C’est pour ça que ce match contre Nadal est la plus belle victoire de ma carrière.

- Tout cela est très encourageant. Sans pratiquer votre meilleur tennis en début de tournoi, vous avez quand même battu des joueurs comme Blake ou Karlovic. En jouant bien, on se dit que vous pouvez aller très haut…
- Oui, mais j’en suis persuadé depuis un moment. Quand je joue bien, ça peut aller très, très haut. Des Top 10, j’ai commencé à en battre il y a très longtemps. J’avais battu Gaston Gaudio sur terre à Hambourg (NDLR : en 2006) quand il jouait très bien à l’époque. Je l’avais écoeuré ce jour là. J’avais joué un tennis incroyable. Simplement, j’avais été incapable de reproduire ce niveau de jeu. L’autre chose qui me nuit un peu, c’est que je suis un joueur qui adore et qui a besoin de prendre du plaisir sur un court, de tenter des points gagnants, de faire de belles choses, de faire se lever un stade même quand ce stade est contre lui.

Et aujourd’hui, je suis encore dans cette optique là, où pendant les premiers tours, je ne m’assume pas complètement quand je joue trois mètres derrière, parce que je sais qu’en jouant comme ça, il ne doit pas y avoir grand monde qui prend du plaisir en regardant le match. Ça, ça me pose énormément de problèmes. Le jour où j’entendrai : « J’ai regardé jouer Gilles Simon et je me suis ennuyé », ça va me faire vraiment mal. Pourtant, je suis obligé de constater que certains jours, c’est un passage obligé. Face à Andreev ou face à Ginepri, si j’avais été dans le public à Madrid, je me serais sans doute un peu emm… Mais j’ai du mal à m’assumer quand je fais ça. Je sais que je suis capable de gagner et aujourd’hui je me raccroche un peu à l’idée que ce n’est pas grave, qu’il faut passer par deux ou trois matches parfois moyens comme ça pour pouvoir ensuite faire rêver le public dans un match comme contre Nadal.

En fait, c’est plus facile de se dire qu’on va essayer de jouer des beaux coups. Mais finalement, on va perdre ces matches là, et derrière, il n’y aura pas le match magique ! C’est un combat un peu difficile à mener, mais à l’arrivée, le public est plus content quand on arrive à gagner. Et au-delà de ça, quand tennistiquement c’est un peu pauvre sur le terrain, on peut aussi faire plaisir au public en montrant des qualités de bagarreur, des qualités mentales…
Et personnellement, c’est rassurant de se dire que, sur le terrain, bonnes sensations ou pas, je suis capable de battre de très bons joueurs comme Andreev, Blake ou Ginepri, sans jouer un tennis incroyable.

- Votre meilleure performance en Grand Chelem se limite pour l’instant à un troisième tour. Que vous manque-t-il pour passer ce cap ?
- En Grand Chelem, je n’ai aucun problème. C’est la première année que j’ai été tête de série. Mais j’étais dans les dernières, ce qui impliquait d’affronter un joueur très fort dès le troisième tour, des joueurs qui sont tout le temps là au troisième tour en Grand Chelem. Ça a commencé par Nadal à l’Open d’Australie. J’ai fait un bon match, avec des balles de set au premier, mais sans pouvoir faire plus. C’est là que la victoire contre Federer à Toronto a été très importante. Elle m’a permis de me débloquer contre ce type de joueur et de réussir à ne pas avoir de complexe pour le battre, alors que ça avait été le cas en Australie. J’avais eu un niveau de jeu impressionnant. Moi-même, je ne pense pas avoir joué aussi bien de l’année après ça. Mais mon niveau de jeu n’avait fait que baisser au fil du match parce que je n’étais pas convaincu que je pouvais gagner. Je n’ai pas à rougir de cette défaite face à Nadal au troisième tour.

A Roland-Garros, je tombe d’entrée sur un très bon Stepanek. Je sors d’une victoire à Casablanca qui m’a un peu émoussé physiquement. Voilà, mais je n’ai jamais perdu contre des joueurs moins forts que moi.

A Wimbledon, je passe deux tours, j’arrive dans de bonnes dispositions contre Richard (Gasquet). On fait un très bon match, j’ai des occasions de le pousser au cinquième set, Mais je ne le fais pas. Il a très bien joué, il était très en forme, il aurait certainement dû battre Murray ensuite. C’était sans doute le moment de sa saison où il a le mieux joué, sur une surface qui lui convient bien. Encore une fois, rien à dire.
Enfin, à l’US Open, je passe deux tours sans trop de problèmes et pour une fois que je suis tête de série de 1 à 16, je joue contre Del Potro dès le troisième tour. On fait un super match. On en a d’ailleurs reparlé à Madrid quand on s’est croisés dans les couloirs. C’était un match vraiment incroyable, avec une intensité rare. Beaucoup de journalistes ont dit que ça avait peut-être été le plus beau match de cet US Open. Et l’arbitre de la rencontre a estimé que c’était le plus beau match qu’il avait arbitré depuis une bonne dizaine d’années. Voilà, c’était encore un match plein perdu au cinquième set. Del Potro a été plus fort que moi, surtout physiquement ce jour là.
Malheureusement, on retient souvent le stade de la compétition que l’on atteint en Grand Chelem et pas les matches. Tant que je n’aurai pas été plus loin, on me dira que je n’ai pas dépassé le troisième tour. Mais tant que ce sont des défaites comme celles là, je ne me pose pas plus de questions que cela par rapport à la deuxième semaine de Grand Chelem.

« QUAND NADAL ME FÉLICITE,
J’AI TOUJOURS L’IMPRESSION QU’IL SE FOUT DE MA GUEULE ! »


- A l’issue de votre demi-finale à Madrid, Rafael Nadal a semblé très chaleureux à votre encontre, alors qu’il avait pourtant perdu…
- Il faut savoir qu’avec « Rafa », on s’entend vraiment super bien depuis un bon moment. Déjà, on avait parlé de notre poignée de mains à l’Open d’Australie, où il s’était montré bien plus démonstratif qu’avec la plupart des autres joueurs. C’est vrai que l’on s’entend bien. Il y a un grand respect entre nous. Et c’est ça que je trouve fort de la part d’un champion comme lui. C’est plus évident de ma part de le respecter, vu tout ce qu’il produit sur un terrain et tout ce qu’il apporte à notre sport. On est obligé, en tant que tennisman professionnel, d’être respectueux envers des joueurs qui font autant pour le tennis. C’est grâce à des joueurs comme lui que les stades sont pleins.

C’est grâce à des joueurs comme lui que les jeunes ont envie de jouer au tennis. C’est grâce à des joueurs comme lui que l’on voit des petits gauchers mettre un bandeau et faire des lifts pendant des heures. Quand je vois ça, ça me fait super plaisir. Je suis obligé d’avoir un grand respect pour lui. Et lui, c’est vrai que c’est un joueur très simple. On a souvent pensé qu’il était arrogant par rapport à son attitude sur le terrain, son attitude de bagarreur. Moi je pense qu’il a besoin d’être comme ça pour jouer son meilleur tennis, et ça ne me pose aucun problème.
C’est un joueur très simple et qui rend hommage à beaucoup de joueurs. J’ai toujours l’impression qu’il se fout de ma gueule quand il me félicite ! Comme avant Toronto, parce que je venais de gagner à Indianapolis, alors que lui venait de s’enfiler en quelques semaines Hambourg, Roland-Garros, le Queen’s et Wimbledon ! Je lui dis : « Tu te fous de moi ou quoi ? Si toi tu me félicites, moi je fais quoi ? »

On s’entend très bien, sur le court comme en dehors. Je pense être un joueur qu’il respecte. Il avait déjà apprécié le combat que l’on avait livré pendant une partie de notre match à l’Open d’Australie. De tous, ce doit être lui le moins surpris de ce qui s’est passé sur le court à Madrid, parce qu’il sait que je suis bagarreur, que je peux très bien jouer au tennis et être dangereux les jours où je me lâche complètement. C’est pour ça qu’à aucun moment il n’a été arrogant, ni n’a semblé vraiment énervé ou agacé. Il a plus semblé désemparé quand ça tournait mal, mais il n’a pas eu de réaction d’orgueil ou de fierté mal placée vis-à-vis de moi. Il est au dessus de tout ça.

- Et que vous a-t-il dit ?
- Il m’a simplement dit : « Bravo, tu le mérites. Tu as été très fort aujourd’hui. » J’y repenserai quand je ne serai pas bien sur le terrain une prochaine fois ! Je me dirai : « Nadal a dit que j’étais très fort ! »

Cette interview a été réalisée par le Service Information fédérale & Roland-Garros.
I hope the machine translation makes sense because that's a tad too long to translate!
Truc is offline View My Blog!   Reply With Quote
Old 10-21-2008, 04:05 PM   #120
country flag Truc
Registered User
 
Truc's Avatar
 
Join Date: Feb 2005
Location: Berlin
Posts: 17,349
Truc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond repute
Default Re: Articles & interviews

He really insists a lot on the fact that Rafa was respectful with him, not acting superior - I wonder if he's a bit hurt because Fed has said many, many times since Toronto that the loss against Gilles has annoyed him the most, that he really shouldn't have lost to him, etc.
Last week-end again there was an interview of Fed in L'Equipe and he said the same thing, also that Richard and Jo are the best French hopes, etc. Gilles used to be very laudatory about Fed, but not so much lately imo.

Last edited by Truc : 10-22-2008 at 11:12 AM.
Truc is offline View My Blog!   Reply With Quote
Reply


Thread Tools

Posting Rules
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

vB code is On
Smilies are On
[IMG] code is On
HTML code is Off
Forum Jump


Copyright (C) Verticalscope Inc
Powered by vBulletin® Version 3.6.8
Copyright ©2000 - 2014, Jelsoft Enterprises Ltd.
vBCredits v1.4 Copyright ©2007, PixelFX Studios