MensTennisForums.com - View Single Post - US Open 2008 : The Come Back

View Single Post

Old 08-28-2008, 07:35 AM   #38
country flag Truc
Registered User
 
Truc's Avatar
 
Join Date: Feb 2005
Location: Berlin
Posts: 17,349
Truc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond repute
Default Re: US Open 2008 : The Come Back

Here's his interview in L'Equipe today:
Quote:
«Des émotions, des images… »
JO-WILFRIED TSONGA était remué par son retour victorieux après son opération au genou.

« APRÈS LA BALLE de match, on vous a senti ému. Vous avez renoué avec la danse des pouces de la Rod Laver Arena et vous avez même regardé le ciel en murmurant quelque chose. À quoi pensiez-vous ?
– À tout un tas de choses. Je revoyais tout ce par quoi je suis passé depuis l’opération de mon genou il y a trois mois. J’ai revu d’un coup défiler des émotions, des images… C’était très fort. J’ai repensé à tout ce boulot de l’ombre pour reconstruire mon genou. Pendant ces trois mois, ça n’a pas été rigolo tous les jours. Y a des fois où je n’avais plus la gnac mais j’allais quand même au boulot. Et puis, j’ai pensé à autre chose parce qu’avant d’être joueur de tennis je suis un être humain.
- C’est-à-dire ?
– J’ai énormément pensé à ma meilleure amie, Jade, qui a eu un accident. Je lui dédie cette victoire.
– Vous avez paru très en dedans pendant le premier set. Un peu lent, ne prenant pas toujours les bonnes décisions. Avez-vous eu peur que ce match vous échappe ?
– Non, jamais. Et vous savez pourquoi ? Parce que je savais que je ne jouerais pas mon meilleur tennis. Finalement, savoir cela m’a empêché de paniquer après la perte de ce premier set. C’est limite si, avant d’entrer sur le court, je ne savais pas que j’allais perdre le premier set. Comme si je connaissais le scénario. Franchement, j’étais serein.
– Que vous êtes-vous dit après ce tie-break perdu ?
– O.K., je l’ai perdu mais maintenant ça va commencer. (Rire)
« Ce qui dominait, c’était l’excitation »
– Avez-vous eu peur pour votre genou pendant ce match ?
– Forcément, j’y ai pensé. Forcément, j’avais inconsciemment peur d’un mauvais appui ou d’une glissade mais pas plus que ça. Je n’étais pas en train d’ausculter mon genou toutes les deux secondes. Dans ma tête, il est guéri. Ce qui dominait, c’était l’excitation. J’avais une p…d’envie d’aller sur le terrain et de courir. Ça m’avait trop manqué, tout ça.
– Pourquoi avez-vous eu du mal au début ?
– J’étais un peu mou. Pourtant, je n’avais pas le trac dans le vestiaire. J’ai suivi la même routine que d’habitude. Mais voilà, je reprenais le boulot, quoi ! Ce n’est pas la même chose que de s’entraîner. À l’entraînement, tout est naturel, facile. Mais en match, tu réfléchis et tout devient plus dur.
– Comment jugez-vous votre niveau du moment par rapport à l’Open d’Australie ?
– J’en suis loin.
– Donc, vous n’allez pas nous refaire le coup de Melbourne ?
– Déjà, je suis au deuxième tour contre Carlos Moya. Après ce match, je pourrai vous dire si je vais aller en finale ici. Par exemple, si je perds, je vous dirai que cette fois je n’irai pas en finale (Rire).
– Il y a ici votre papa et votre maman qui n’étaient jamais venus aux États-Unis. Il y a aussi votre premier entraîneur et le meilleur ami de votre père que vous considérez comme un membre de la famille. Ils se sont baptisés la “ Rillette Connection ”, en référence au Mans. Aviez-vous besoin de tout ce soutien ?
– Oui, oui, oui… Et plus ça va, plus je sens que j’ai besoin d’avoir près de moi les gens que j’aime. Ils me stabilisent. »
I don’t have time for a proper translation, sorry. He says how moving it was to be back, how tough it's been too during the rehab, etc. Hence the emotional celebration at the end.
He never was afraid to lose. He almost knew before entering the court that he was going to lose the first set and he just thought then : "OK, now let’s begin."
He was thinking of his knee, of course, always fearing a bad move, but not too much. He wasn’t thinking of it every 2 seconds either. In his mind, the knee is fine now.
He’s far from his level of the AO.
The "rillette connection" is together with him in NY (his parents, his first trainer, the best friend of the family). ("Rillette" is a speciality of Le Mans, his home town).

(À compléter!)

Last edited by Truc : 08-28-2008 at 08:35 AM.
Truc is offline View My Blog!   Reply With Quote