MensTennisForums.com - View Single Post - ~~Articles & Interviews about/of Gaël~~

View Single Post

Old 03-04-2007, 12:35 PM   #122
country flag Truc
Registered User
 
Truc's Avatar
 
Join Date: Feb 2005
Location: Berlin
Posts: 17,349
Truc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond reputeTruc has a reputation beyond repute
Default Re: ~~Articles & Interviews about/of Gaël~~

An interview of Delaître in Le Républicain Lorrain:
Quote:
Olivier Delaitre : « Le jeu en vaut la chandelle »
La grande aventure. Demain, l'entraîneur messin s'envolera pour les Etats-Unis en compagnie de Gaël Monfils, à la recherche de son meilleur tennis. Revoilà Olivier Delaitre sur le circuit des stars pour un sacré challenge.

- Surpris que Gaël Monfils insiste pour vous avoir à ses côtés ? « Non. Déjà en septembre, il m'a demandé si j'habitais toujours Paris. Je lui ai répondu que j'étais un peu déconnecté et proposé un autre entraîneur, Pier Gautier, avec qui, finalement, cela n'a pas marché. Mais c'est comme dans un couple, l'entente marche ou pas... »
- Ensuite ? « Il m'a redemandé de l'aider quand il jouait en Australie. On devait parer au plus pressé. Je l'ai recadré un peu car il avait beaucoup de choses à penser à la fois ! Nous en avons reparlé au Luxembourg, où Gaël est venu passer quelques jours. J'étais d'accord pour l'accompagner sur les étapes du Grand Chelem et les tournois importants, il a refusé, me voulant à plein-temps... Ce qui n'était pas envisageable avec mon travail, j'attendais un bébé et je ne voulais pas trop repartir sur le circuit sachant que ce serait compliqué. J'avais raison. Ça l'est ! »
- Delaitre - Monfils, l'histoire recommence ? « Oui, je m'en suis occupé de 2001 à 2004 quand il est devenu champion du monde junior. »
- Qu'attend Gaël de vous ? « Chaque entraîneur apporte une pierre différente à l'édifice. Je ne suis pas meilleur que les autres mais mon discours, actuellement, est celui que veut entendre Gaël. Peut-être se parle-t-on davantage tous les deux. J'aime dire les quatre vérités en toute franchise et voir les choses en face. Je ne me gêne pas. A l'Insep, cela m'a valu deux ou trois frayeurs mais bon, Gaël encaisse ces vérités. »
- Et Olivier Delaitre, comment voit-il son nouveau poulain ? « Nous avons toujours été en relation, c'est un mec sympa, il a un côté tout fou que je n'ai pas. J'ai accepté de faire pour lui ce que je n'aurais pas accepté pour un autre. Sa personnalité est attachante, intéressante. Il n'y a pas d'autres raisons. »
- Ce jeune champion traverse en ce moment une période délicate. Que lui proposez-vous pour qu'il explose son énorme potentiel ? « Potentiel physique et technique, oui. Il est même sans limite. Mais n'oublions pas le paramètre qui crée la différence, celui de Federer : le mental. Gaël saura-t-il en imposer à son adversaire, c'est la question. Dans le domaine tactique, ça dépasse ce que l'on peut imaginer... Parviendra-t-il mentalement à intégrer les changements ? »
- Le garçon a une réputation de sportif, disons, un peu dilettante. Vrai ? « Il doit se donner les moyens de son ambition. Aller où il veut aller ne supportera pas le moindre écart de conduite. Je ne pourrai que lui montrer une route droite et rectiligne. A chaque sortie de route, il perdra du temps. »
- Lui et vous risquez gros. Beaucoup de monde vous attend au tournant, non ? « La pression est terrible, de tous les côtés. La situation n'est pas facile. La presse, la Fédération d'où j'ai été prié de partir, le milieu ne nous louperont pas. En plus, Gaël entre dans une période où il a plein de points à défendre. Si les résultats ne suivent pas, il pourrait se retrouver 100e mondial en juin ! »
- Dans sa nouvelle vie, Olivier Delaitre était pourtant peinard... « Exact. Je dois faire des concessions sur le plan familial et vivre 24 h sur 24 avec un joueur est un job nouveau pour moi. Mais ce sacrifice est aussi une chance. Il m'apportera de l'expérience. Je l'aurai fait et n'aurai donc pas de regrets. C'est une opportunité que je ne pouvais pas manquer. Il y a plus malheureux. Si le choix s'est révélé difficile, il reste dans le sport. Le jeu en vaut la chandelle. »
Alain THIÉBAUT
Truc is offline View My Blog!   Reply With Quote