MensTennisForums.com - View Single Post - ~Davis Cup 2006: 1st round against Germany~

View Single Post

Old 02-01-2006, 07:44 AM   #55
country flag Marine
Registered User
 
Marine's Avatar
 
Join Date: Mar 2003
Location: Paris
Posts: 6,073
Marine has a reputation beyond reputeMarine has a reputation beyond reputeMarine has a reputation beyond reputeMarine has a reputation beyond reputeMarine has a reputation beyond reputeMarine has a reputation beyond reputeMarine has a reputation beyond reputeMarine has a reputation beyond reputeMarine has a reputation beyond reputeMarine has a reputation beyond reputeMarine has a reputation beyond repute
Default Re: ~Davis Cup 2006~

L'Equipe

Du rêve au cauchemar


En deux jours, Fabrice Santoro est passé d’un immense bonheur à une profonde désillusion.


UNE SEMAINE après avoir connu l’une des plus grandes joies de sa carrière, Fabrice Santoro vit un véritable cauchemar depuis deux jours. Son quart de finale à l’Open d’Australie, au terme d’une si belle épopée, doit lui paraître bien loin. Il est environ 21 heures lundi quand, après une longue conversation téléphonique, Guy Forget lui signifie que son retour en Coupe Davis n’est plus à l’ordre du jour. Au lendemain de cet uppercut, le vétéran français se dit « sonné, dans les cordes… » « Je vais me défendre, laissez-moi un peu de temps, confie-t-il en début d’après-midi. Ça fait trop, je suis solide, mais c’est usant. J’étais tellement content… »

Après réflexion, Santoro réagit par un communiqué dans lequel il formule point par point sa défense sans jamais prononcer le nom de Guy Forget. Il y affirme s’être engagé auprès du capitaine « à être présent et compétitif pour le stage ». Avec une réserve : « Une exhibition (…) dans laquelle je suis engagé depuis un mois. À aucun moment, il n’est dit que cette exhibition est synonyme d’exclusion. À aucun moment, on ne m’a laissé entendre, contrairement à d’autres, que j’étais sélectionnable et que je ne devais prendre aucun engagement ce week-end-là… Lorsque je l’ai eu (Forget) au téléphone lundi soir, je n’avais aucune alternative, sa décision était prise… Non, je ne prends pas le capitaine pour un imbécile, je m’étonne simplement de sa décision… » Il conclut : « Aujourd’hui, je suis déçu et triste. »


« Je n’ai rien fait de mal »


Plus tard, au bout du fil, Santoro garde tout son calme malgré un portable qui chauffe depuis la matinée. Il développe : « Avant dimanche soir, je n’ai pas eu le moindre contact. Puis on me dit : “ Tu es pris. ” Qu’est-ce que je fais, moi ? J’appelle l’organisateur (de l’exhibition). Quand je lui dis que je ne suis pas sûr de pouvoir venir, il me dit : “ Vous ne vous rendez pas compte, il y a des quatre par trois dans la ville, je fais de la pub dans les journaux, vous venez de faire quart en Australie, les gens vous attendent autant que Nadal, les enfants sont excités. ” Je lui dis : “ Écoutez, je me suis engagé. Je serai là. ” J’ai toujours respecté mes engagements. Voilà. »

Pour y parvenir, le Toulonnais dit avoir déployé des trésors d’énergie. « Derrière, je mets tout en œuvre pour quitter le stage pendant un minimum de temps. J’arrive deux jours avant à Paris, je prévois d’être là dès le jeudi jusqu’au samedi ; je déjeune avec l’équipe et à 15 heures je m’en vais, et je rentre à minuit. Je rate un massage et un dîner. » De ce point de vue, pas de quoi fouetter un chat et tout pour satisfaire Jean-Claude Knaebel, le directeur des Petits As : « On a eu la chance que Fabrice brille en Australie, ce qui a renforcé l’affiche, dit-il. Je ne peux que me féliciter de sa décision. Je tenais absolument à cette rencontre et ça m’aurait posé de gros problèmes d’avoir un autre joueur quatre jours avant. J’ai vendu du Nadal-Santoro, pas du Nadal-X. » Forget a pourtant minimisé les conséquences d’un forfait de dernière minute hier. « Je ne suis pas trop d’accord. Je suis surpris de cette réaction de Guy, qui ne m’a pas appelé. »

Santoro sera donc à Tarbes samedi soir. « Et pas pour une question d’argent, précise-t-il. Tout le monde sait que l’argent qui circule en Coupe Davis, c’est trois, quatre fois plus, voire plus. Ce n’est pas une opération lucrative, c’est juste de la correction vis-à-vis de quelqu’un qui s’est mis minable et qui œuvre pour le tennis français, pour des jeunes qui représentent l’avenir. Encore une fois, jouer deux heures avec le numéro 2 mondial et s’absenter en ratant un dîner, ce n’est pas une faute, je suis désolé. Je suis en accord avec moi-même, je n’ai rien fait de mal, franchement. Mais quand tu veux taper sur quelqu’un, tu peux toujours… Voilà, c’est facile… très facile… » Et le rêve devient cauchemar.


ROMAIN LEFEBVRE

After that I think Forget doesn't make any effort, he's capricious. Everybody knows Seb didn't always give good reasons for his absences and Forget seems to forget it. I'm objective he's not logical.
Marine is offline View My Blog!   Reply With Quote