MensTennisForums.com - Reply to Topic

Thread: Articles & interviews Reply to Thread
Title:
Message:
Trackback:
Send Trackbacks to (Separate multiple URLs with spaces) :
Post Icons
You may choose an icon for your message from the following list:
 

Register Now



In order to be able to post messages on the MensTennisForums.com forums, you must first register.
Please enter your desired user name, your email address and other required details in the form below.

User Name:
Password
Please enter a password for your user account. Note that passwords are case-sensitive.

Password:


Confirm Password:
Email Address
Please enter a valid email address for yourself.

Email Address:
OR

Log-in









Human Verification

In order to verify that you are a human and not a spam bot, please enter the answer into the following box below based on the instructions contained in the graphic.



  Additional Options
Miscellaneous Options

  Topic Review (Newest First)
03-27-2015 10:23 PM
lalaland
Re: Articles & interviews

Fun interview. Thanks.
03-27-2015 09:18 AM
mike s.
Re: Articles & interviews

Short interview from Gilles in English. I like how he describes himself as an idiot

http://onthegotennis.squarespace.com...es-simon.html/
03-01-2015 07:45 AM
soulage
Re: Articles & interviews

interview about davis cup i know most of you hate it but Gilles is ready to go

Quote:
Gilles Simon : "Quand on gagne, tout le monde s’en fout!"

INTERVIEW - Appelé à disputer le simple au 1er tour de la Coupe Davis de tennis en Allemagne (6-8 mars), Gilles Simon, 16e joueur mondial a jugé très excessif le flot de commentaires ayant suivi la finale perdue face à la Suisse, fin novembre.

Après sa récente finale, et l’impasse de Federer et Wawrinka côté suisse, on a vite fait d’ériger l’équipe de France en favorite de l’édition 2015. Vous êtes d’accord?
Je ne me pose pas la question de savoir si on est favoris ou pas, je me dis juste qu’on a une équipe qui peut la gagner. On s’était mis pour la deuxième fois en position de gagner (après la finale 2010), ça fait deux fois qu’on n’y arrive pas. Mais plus on se mettra en situation, plus on aura de chances d’y parvenir.

Pour cette rentrée en Allemagne, vous êtes considéré comme l’homme en forme des Bleus, presque un pôle de stabilité, alors que vous sortez d’une campagne en 5e homme. Il y a comme un paradoxe, non?
En Coupe Davis, je ne suis pas le symbole de la stabilité non plus! J’ai dû perdre 8 fois( dont 7 matches à enjeu). Cela dit, dans un sens, c’est une forme de stabilité! Mais pas vraiment celle qu’on recherche. Un mec pas stable comme Gaël l’est beaucoup plus que moi en Coupe Davis! (Sourire.) En tout cas, si Arnaud (Clément, le capitaine) me demande d’y aller, je n’aurai pas peur. Il y a des chances que ce soit le cas cette année, mais je n’ai aucune maîtrise là-dessus.

La finale n’a pas généré de débriefing collectif. Est-ce un problème? Celui qui avait suivi la défaite en Argentine en 2013 avait été salutaire…
Là-bas, il s’imposait de lui-même car beaucoup de choses n’allaient pas dans le mode de fonctionnement. La remise à plat était nécessaire, et elle a été initiée par les joueurs, qui sentaient qu’on ne pourrait pas gagner la Coupe Davis sur ces bases-là. L’an passé, c’était différent. Au niveau de l’état d’esprit, de l’implication de tous, la campagne a été très belle, même si cela a été occulté parce une finale qui s’est mal passée. Or, on sait pourquoi elle s’est mal passée, pas besoin de s’asseoir à cinq ou six autour d’une table et d’en parler pendant quatre heures. On n’a pas eu envie de remettre toute une saison en cause pour un match, même si tout le monde avait envie qu’on le fasse.

Avez-vous été blessé par les commentaires, souvent acides, ayant suivi la finale?
Cela ne blesse pas parce qu’on sait que ça va arriver. Quand tu as perdu, ça ne peut pas être fluide. On va remettre en cause untel ou untel, fouiner, donner la parole aux uns et aux autres. On est tous partis en vacances en se disant : "bon bah, on va les laisser faire…" On se doutait que cela allait générer un gros truc, mais pas si longtemps. Là, on en a parlé pendant deux mois!

D’abord parce que Noah est d’emblée intervenu dans le débat…
Quand Yannick dit quelque chose, ça porte, tout prend de l’ampleur. Ce qui m’a surpris, c’est que ça vienne de nulle part. On ne l’attendait pas particulièrement là-dessus. Mais dans le fond, il n’y avait rien de nouveau.

Avez-vous eu l’occasion d’en discuter avec lui depuis?
Non, je n’ai pas eu le moindre contact. Les autres joueurs, je ne sais pas.

Arnaud Clément a laissé entendre que le groupe pouvait encore progresser dans sa façon de communiquer…
Oui, mais il y a de moins en moins de blocages. Avec les joueurs, on a essayé de changer d’approche, de s’approprier un peu plus la compétition. En se disant :"Après tout, on se connait bien, on peut se faire confiance, on va beaucoup se parler". Peut-être même qu’on est allé trop là-dedans. Parfois, un excès remplace un autre. Mais l’an passé, il n’y avait pas grand-chose à dire, tout le monde a joué le jeu. On peut dire qu’on aurait pu mieux gérer le cas de Jo en finale, etc… Mais on a fait déjà tellement de progrès que c’est forcément encourageant. On ne laisse pas la finale masquer tout ce qui s’est passé de positif avant. Ou de moins bien aussi. Contre les Tchèques, tout n’a pas été parfait, contre l’Allemagne non plus. Mais tant qu’on gagne, tout le monde s’en fout. C’est la règle.

L’atmosphère est-elle si différente que sous l’ère Forget ?
Oui. Pour différentes raisons aussi. Nous les joueurs, on est déjà plus vieux. On a tous près de 30 ans maintenant. Quand on est arrivés avec Guy, c’était Dieu. Le mec, il a gagné la Coupe, en tant que joueur, capitaine. Alors tu écoutes. Et au moment où on se rend compte qu’on aimerait peut-être quelque chose de différent, tu es déjà dans un mode de fonctionnement depuis 4-5 ans. Dès lors, c’est dur d’en changer. A un moment donné, c’était donc bien que Guy ne soit plus capitaine, et cela n’a rien à voir avec une compétence. Mais si tu veux changer quelque chose à un fonctionnement déjà ancré, cela passe par un changement sur la chaise.

La préparation de cet Allemagne-France a été marquée par la volte-face de Monfils, qui s’est rendu disponible après avoir annoncé son forfait. Puisque vous partagez le même entraîneur (Jan De Witt), vous avez dû suivre l’affaire…
Ah mais moi, je savais tout avant vous ! (Rires.) Gaël a pris un coach qui avait envie de le faire travailler sur certains trucs. Or, il s’est rajouté des tournois en ce début de saison. Et le fait est que ça fait trois mois qu’il n’a pas fait ce qu’il devait faire. Je lui ai dit : "Gaël, si c’est pour continuer à faire ce que tu veux, tu ne prends pas de coach, tu continues tout seul. Si tu le prends, fais-lui confiance et fais ce qu’il te dit." Au niveau timing, la situation était devenue délicate. Avec Miami, Indian Wells et Monte-Carlo qui arrivent, difficile de trouver 2-3 semaines pour une micro période foncière, celle qu’il n’a pas faite cet hiver. Mais je trouve bien qu’il ait privilégié la Coupe Davis. S’il y a des choses à faire sauter, il ne faut pas que ce soit ça. Même si Jan m’a dit : "A un moment, il va peut-être falloir que je l’entraîne pour faire des choses. Et là on n’a plus le temps parce qu’il a joué tout le mois de février."


Avez-vous arrondi les angles pour eux?
Non, ils se débrouillent! Simplement, Gaël avait le cul entre deux chaises. Il a 28 ans, il sait ce qu’il doit faire pour être un meilleur joueur de tennis. Mais il ne peut pas lâcher la Coupe Davis, parce qu’il adore ça. Je suis à peu près sûr que ce n’est pas parce que certains lui auraient mis de la pression qu’il a changé d’avis. Dimanche dernier, il m’a appelé une heure et demie après notre finale à Marseille, alors qu’on était chacun sur le chemin du retour. Il m’a demandé :"Je ne le sens pas, j’ai envie de faire la Coupe, comme Jan va le prendre?" Autant dire qu’il ne vient pas pour faire plaisir aux gens, mais parce qu’il a envie. Tout en sachant que c’est lui qui s’est mis dans cette situation.

Un 1er tour en Allemagne, n’est-ce pas plus piégeux que ça en a l’air? Surtout sans Tsonga et Gasquet…
Oui, ce n’est pas si simple. Alors que si tu gagnes, tout le monde va dire : "oui mais bon, ce n’était que l’Allemagne". L’année dernière, ils sont venus chez nous avec une équipe C, nous on avait Jo, et on a failli paumer. A 0-2, on n’était pas très beaux et on ne l’oublie pas.
01-27-2015 03:00 PM
turtle-rn
Re: Articles & interviews

Great interview! Thanks Soulage. It's surprising to see Carine use that sort of language in an interview. And considering Gilles' swearings on court, their "thousand disputes" must have been homeric.
01-24-2015 09:00 AM
Kezzi Thanks Soulage! It's a great interview indeed, I like it that she's so honest. That it's not all glitter and glamour when you're with a successful tennisplayer, cause that's what a lot of people assume when they only hear about the Mirka's and Jelena's on tour.
She has a beautiful family and she can be very proud of herself too. Taking care of two kids on tour without nannies and also not having family and close friends nearby is a great achievement. Gilles has found himself an amazing woman.
Their two little boys are better than any trophy in the world. To me she isn't in the shadow of Gilles, she shares the spotlight with him.
01-24-2015 08:19 AM
lalaland
Re: Articles & interviews

Thanks Soulage. It's a good read indeed.
And we get to see little Valentin for the first time.
01-24-2015 07:20 AM
soulage
Re: Articles & interviews

What a great and honest interview by Carine. She's very honest and tells us many things use google translate that's a great interview. It's not easy for her to be Gille's wife she's not always happy in her life

Quote:
CARINE LAURET, compagne de Gilles Simon depuis dix ans, raconte avec une désarmante franchise les joies mais aussi les vicissitudes liées à la vie d'épouse de joueur.
A ttablée au fond du restaurant ultrabruyant des joueurs, à Melbourne, Carine Lauret, compagne de Gilles Simon (qui dispute ce matin son troisième tour contre David Ferrer), se démultiplie. Elle finit de donner le biberon à Valentin, un an, et fait manger ses pâtes à Timothée, quatre ans, tout barbouillé de sauce tomate. Valentin pleure quand elle le pose dans sa poussette à l'heure de la sieste. Martina Navratilova, assise à la table voisine, tente en vain d'apaiser le garçonnet. Simon, qui vient de s'entraîner sous 34 °C, prend alors le relais, promenant la poussette dans les couloirs du player's. Tout en s'occupant de Timothée qui ne tient plus sur sa chaise, Carine se lance dans le récit de sa vie. Le témoignage fort, franc et émouvant d'une femme fière et amoureuse, mais qui tente depuis dix ans de trouver sa place dans l'ombre de son homme.

« Je n'étais plus Carine mais la femme de Gilles Simon »

« J'ADORE ÉCRIRE. Il y a dix ans, je suis entrée au service communication de Bouygues pour rédiger notamment le journal interne. Le jour où j'ai signé mon contrat, on s'est mis ensemble avec Gilles. Au bout d'un an et demi, il m'a demandé d'arrêter de bosser et j'ai commencé à voyager avec lui. Au début, ça me plaisait beaucoup. Gilles m'a permis de découvrir le monde. Les beaux endroits, les beaux hôtels, la vie sans contraintes, sans cuisine, sans ménage. Mais c'est à ce moment-là que mon entourage a commencé à changer de regard sur moi. Pour eux, je n'étais plus Carine mais la femme de Gilles Simon. La fille qui a la belle vie, aucun problème de fric… Ça m'a gonflée. Du coup, ça m'arrangeait de partir avec lui. On était bien dans notre petite bulle, tous les deux, loin de ceux qui me jugeaient. En fait, petit à petit, Gilles m'a déracinée.

J'ai aimé voyager avec lui mais j'ai coupé les ponts avec les gens que j'aimais. Et j'ai perdu ma personnalité. Même ma mère me présentait en disant : “C'est la femme de Gilles Simon.” Parfois, mes proches m'appelaient juste pour me demander des nouvelles de Gilles. Je n'existais plus trop et j'en ai eu marre. Ça faisait quatre ans qu'on était ensemble et j'ai dit à Gilles : “Écoute, j'ai vécu des super moments mais, là, tout ce que j'ai aimé jusqu'ici, je n'aime plus. Je reprends le boulot.” J'ai voulu redevenir Carine. J'ai bossé pendant un an et demi à Paris. Et c'est là, en 2008, qu'il a tout pété ! Il fait finale à Madrid en battant Nadal, il se qualifie pour le Masters. Et moi, à ce moment précis, je n'ai plus du tout aimé être la femme de … »

« J'avais une overdose de mon mec alors que je ne le voyais plus ! »

« Je ne le voyais plus car il commençait à vraiment beaucoup voyager. Mais à cause de ses bons résultats, j'entendais tellement parler de lui dans les journaux, à la radio, à la télé, par ma famille, que je n'en pouvais plus ! J'avais une overdose de mon mec, alors que je ne le voyais plus ! Lui ne comprenait pas mon trouble. Il me disait qu'il n'avait pas l'impression d'avoir changé dans sa personnalité. Et moi je lui répondais : “Mais j'ai besoin que tu m'appelles, que ce soit toi qui me dises :

Eh, t'as vu ce que j'ai fait ? ! Je suis super content !

Pas de l'apprendre par les journaux.”

En fait, c'est très difficile de trouver sa place. D'un côté, j'éprouve une fierté sans limite pour lui. De l'autre, je me dis que moi je suis une merde, que je ne vaux rien. Et le plus fou, c'est que je l'aime à la folie ! J'avais vingt-quatre ans quand je l'ai connu, j'avais une ambition énorme, l'envie de faire plein de trucs mais tous mes projets ont été arrêtés. »

« Je suis tombée dans une espèce de dépression avec lui »

« Au début, dans les tournois, je me demandais : ‘'Qu'est-ce que je dois faire ? Quand il perd, qu'est-ce que je dois dire ? ‘' Sur le moment, il a besoin d'être seul. Je le laisse dans son coin et je lui dis : “Si tu as besoin, je suis là, tu le sais.” Gilles n'est pas un mec dépressif, il est plutôt positif. Mais, en avril 2013, le jour où je le vois revenir d'Argentine (ils habitent Neuchâtel, en Suisse), c'était affreux (il s'était incliné face à Berlocq dans le cinquième match décisif du quart de finale de Coupe Davis). Moi, j'avais deviné d'entrée comment ça allait se passer car il n'était pas parti là-bas en confiance. À son retour, j'étais si triste pour lui que je suis tombée dans une espèce de dépression avec lui et je n'ai pas su le remonter. Heureusement, avec les enfants, je remonte toujours car je suis occupée à autre chose. D'ailleurs, quand il va mal, j'essaie de l'impliquer avec les enfants car ce sont les seuls qui peuvent nous faire oublier le tennis. »

« Je suis passée de “femme de...” à “maman de...” »

« Quand j'ai eu mon premier enfant, je n'ai plus eu à me demander ce que je devais faire, seule dans le player's lounge. J'étais là pour m'occuper de mon fils. Depuis, je ne suis plus la plante verte qui attend son mec. Quelque part, ça m'a donné une contenance sur les tournois, je n'étais plus désoeuvrée, surtout qu'avant, le fait de ne plus travailler me faisait péter les plombs. Mais, aujourd'hui, comme on a déscolarisé les enfants pour pouvoir suivre Gilles, je n'ai plus une minute pour moi. Je suis passée de “femme de...” à “maman de...”. Avec Gilles, on a du mal à partager des moments car les petits prennent une énorme place. »

« Je me dis parfois qu'on est un peu des boulets pour lui »

« Le jour où Gilles remporte le tournoi de Metz en 2010, Timothée avait trois semaines et, né prématurément, il était fragile. Moi, j'étais en plein baby blues. Mais on a décidé au dernier moment d'aller à Metz. Cette fois-là, je me suis dit que non seulement on ne l'avait pas dérangé (Timothée ne faisait pas ses nuits), mais qu'en plus on lui avait fait du bien puisqu'il avait gagné. Ça m'a fait un bien fou. Mais depuis, je me dis parfois qu'on est un peu des boulets pour lui.

Quand je suis sur un tournoi avec les enfants, il dort moins bien, ça lui prend du jus, ça lui fait mal au dos de les porter, il ne peut pas avoir de temps pour lui. Du coup, je culpabilise d'être là. Au fond, je ne sais pas trop si Gilles a besoin ou pas qu'on soit là. Pour moi, la seule récompense, c'est lorsqu'il joue bien quand on est avec lui. Et ce n'est pas toujours flagrant. »

« Qu'est-ce que vous voulez que je lui dise à Mirka Federer, moi ? »

« Je n'ai pas d'amies sur le circuit. Les compagnes des joueurs français que je connais un peu travaillent. Je peux tenir des conversations en anglais, mais les nanas de Federer, Djokovic ou autres sont inaccessibles. Des fois, tu essaies les sourires mais ça ne revient pas… Elles sont perchées, là haut, entourées de mille personnes. Qu'est-ce que vous voulez que je lui dise à Mirka Federer, moi ? Elle a quatre nounous par enfant, on ne vit pas dans le même monde. Sinon, Mirka, je trouve qu'elle a énormément de classe. Si je pouvais parler avec elle, je lui demanderais comment elle a réussi à prendre autant de place dans la carrière de son homme. Elle gère son image, ses finances, ses contrats. Elle l'a construit. J'ai l'impression que, sans elle, il ne pourrait pas vivre. Moi, je n'ai pas réussi ça avec Gilles. Pourtant j'ai fait des études d'attachée de presse, mais il n'a pas voulu que je l'aide, sans doute pour ne pas tout mélanger. Moi, j'ai pris ça pour un “reste en dehors de tout ça”. Du coup, je me suis sentie trop peu utile. Avec tout ça, on a eu mille occasions que ça casse entre nous. Mais ça n'a pas pété car c'est solide. On s'aime, on s'aime, on s'aime. Si je fais tout ça, c'est parce que Gilles, je ne peux pas vivre sans lui. »

CHRISTINE THOMAS
10-14-2014 08:45 PM
GilleSimonAddict
Re: Articles & interviews

Well we'll find out come the decision for who will play the finals. I mean as it stands right now if it's all legit as you say, then one would think, unless something drastically changes with his health between now and then, that Gilles should be a lock for one of the two singles spots. Especially considering Clement basically got a preview of the DC match-ups with Gilles against both Wawrinka and Federer in Shanghai. Then take your pick among Gasquet, Tsonga, or Monfils for the other spot and Benny for doubles.

And I don't think that Clement has anything against Gilles either per se, I just feel there is a lack of faith in him and his playing style. I think like Forget, Clement prefers offense over defense and is hesitant to give Gilles the opportunity he deserves and has earned again especially now after his recent strides. Like I said, the decision on who plays what come the final will go a long way in answering those questions for me. I hope you're right and I'm wrong.
10-14-2014 07:44 PM
DBR
Re: Articles & interviews

Quote:
Originally Posted by GilleSimonAddict View Post
And as far as Clement has gone, he may be more cordial than Forget, but thus far to me, he's shown little interest in using Gilles up to this point and I just feel like he thinks Tsonga, Monfils and Gasquet are his go to guys much like Forget did and Gilles is the last resort guy no matter his form. I will truly be surprised (and happy) if Gilles is not relegated to his usual fifth guy spot come the final.
Gilles was injured for 2 of the weekends this year though, wasn't he? First, because of the trampoline fall v Australia, then because of the wrist v the Czech Republic. And when Richard was out injured during Nancy, Clement had to have a couple of doubles players in the team so it would have been very hard to choose Tsonga, Gael and Gilles as none of them really play doubles together. Honestly, I don't think Clement is against Gilles. I think it was his fitness and other circumstances that made Clement choose other players.
10-14-2014 06:12 PM
cinnabar
Re: Articles & interviews

its never going happen but in a perfect world it would come down to a deciding match between Simon and Federer, with Simon winning and being the hero of his team
I just hope its not a repeat of 2010 and Clement chooses injured Tsonga or Monfils to play a decider and they end up losing because they arent 100%
10-14-2014 05:01 PM
GilleSimonAddict
Re: Articles & interviews

Like I said, I wanna be wrong, but I'll believe it when I see it because Gilles was burned too many times by Forget (think France vs Serbia 2010 final live fifth match decider swapping Gilles who had never lost a match to Troiki or even a set in their five previous encounters just because Gilles couldn't beat Djokovic in his first match, but of course neither could Gael but I digress, for Llodra who then proceeded to lose in straight sets and subsequently blew it for France as well as robbed Gilles of being the hero for his country and would've saw his Davis Cup image regarded completely differently from what it is today. Thanx Guy.)

And as far as Clement has gone, he may be more cordial than Forget, but thus far to me, he's shown little interest in using Gilles up to this point and I just feel like he thinks Tsonga, Monfils and Gasquet are his go to guys much like Forget did and Gilles is the last resort guy no matter his form. I will truly be surprised (and happy) if Gilles is not relegated to his usual fifth guy spot come the final.

I mean I'm willing to concede your guys' points as far as Clement and his decisions go if he does end up picking Gilles, but only then. This is basically his moment to prove me wrong and you guys right that he wants whose truly the best guy at the moment for the team and not just the perceived safe picks because there's no arguing that Gilles has been the single most in form French player since the DC semifinals and he's now even their # 2 guy in the rankings. I mean Rob Koenig has even been heavily voicing his opinion on the matter in favor of Gilles and how he doesn't see how you can't go with Gilles if you're Clement at the moment. Will any of that matter to Clement? I'll believe it if and when I see it.

I know that Gilles has struggled with his performances when it comes to the DC, but I also know that you deserve shots at redemption as well as legitimate reconsideration when your form warrants it and not to be just written off outright and that's what it's felt like has been the case to me for Gilles up to this point.

I mean there's no doubt that Guy is responsible for most of my jadedness as it relates to Gilles and his DC treatment, but Clement himself has done little to rectify that up to this point too it must be said. I hope that will change come time for the finals.
10-14-2014 03:10 PM
Gillouthe best
Re: Articles & interviews

Quote:
Originally Posted by DBR View Post
I think Clement is smarter than that, and the team seems stronger than that - they all want to win, so want what's best for the team. I think Gilles has a good chance of playing Federer on day 1 if he stays fit.
I totally agree with DBR, Clement has been making great decisions this season, and I think that he would have no problem in playing Gilles ( at least for one match) in the final if he keeps his form. Also, he was injured or out of form for the majority of ties ( he could have played the SF's but he was injured as he found out later), and Richie and Jo have been playing great on DC this season, so I can understand Arnaud's logic ( he listens to players much more than Forget, Gilles himself said that, and he's done a great job at recovering Richard for France DC team after all the difficulties he suffered with Forget).
10-14-2014 08:18 AM
DBR
Re: Articles & interviews

Quote:
Originally Posted by GilleSimonAddict View Post
Unfortunately, I have little faith that any confidence/belief will be given to Gilles on Clement's behalf because I feel that it is a good ol boys club of which Gilles just simply isn't a part of ...
I think Clement is smarter than that, and the team seems stronger than that - they all want to win, so want what's best for the team. I think Gilles has a good chance of playing Federer on day 1 if he stays fit.
10-14-2014 02:23 AM
GilleSimonAddict
Re: Articles & interviews

http://sport24.lefigaro.fr/tennis/at...e-bleue-717883

http://www.lequipe.fr/Tennis/Actuali...l-jouer/506382

Unfortunately, I have little faith that any confidence/belief will be given to Gilles on Clement's behalf because I feel that it is a good ol boys club of which Gilles just simply isn't a part of much like it was with Forget beforehand nine times out of ten, but it's nice to see the questions being asked and the noise being made by some of the media and fans, but like I said, pretty sure it will be falling on deaf ears, though I'd love to be wrong because Gilles really has proven that since the DC semifinals, he's been the most inform and worthy player. I feel that pretty much the only hope that Gilles has of actually being more than just the waterboy on the team for the finals is if Tsonga and Monfils are still injured to the point of being of no use.
10-13-2014 05:05 AM
lalaland
Re: Articles & interviews

Thanks for posting the itw. How out of the blue to ask if he's a romantic .
This thread has more than 15 replies. Click here to review the whole thread.

Posting Rules  
You may post new threads
You may post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is On
Smilies are On
[IMG] code is On
HTML code is Off

 
For the best viewing experience please update your browser to Google Chrome