P.H.M interview (French) [Archive] - MensTennisForums.com

P.H.M interview (French)

Tryphon
10-21-2002, 12:35 PM
eurosport.fr - Après trois semaines de folie, on a simplement envie de vous demander : Comment vous sentez-vous ?

PHM - Je me sens bien, je suis content d'avoir gagné ces tournois. J'attendais ce moment depuis longtemps... Maintenant ça arrive, c'est bien !

eurosport.fr - Vous avez donc décidé de prendre deux semaines de repos...

PHM - En fait je devais jouer un tournoi la semaine prochaine, mais je l'ai annulé [le tournoi de Bâle]. Je vais un peu me reposer cette semaine et je vais reprendre l'entraînement intensif la semaine prochaine pour bien préparer Bercy. [...] En ce moment je suis à Paris car j'ai eu pas mal de sollicitations ces deux derniers jours, et j'ai recommencé à m'entraîner doucement. [...] Je n'ai même pas eu l'occasion de revoir les images de mes deux victoires [à Moscou et Lyon].

eurosport.fr - Paris-Bercy, la Coupe Davis, quelles sont vos ambitions à court terme ?

PHM - Je ne vais pas me fixer d'objectifs pour Bercy. Je ne pensais pas gagner ces deux tournois-là, donc je vais essayer de prendre le tournoi comme un autre, même si c'est important parce que c'est à Paris et en France. Je vais essayer de donner le maximum.

eurosport.fr - Quels sont vos matches références cette année ?

PHM - Le match contre Agassi à Roland Garros. J'ai pris conscience que je pouvais battre n'importe qui. C'est vrai que je n'y ai pas assez cru quand je menais deux sets zéro contre lui. J'ai pensé que c'était moi, que c'était possible et cela m'a un peu ralenti. Mais cela m'a beaucoup servi par la suite car j'ai pris conscience de mes capacités.[...] J'ai battu Costa aussi après Roland Garros... J'ai eu de belles victoires.

eurosport.fr - Être dans le groupe France, est-ce que c'est crucial aujourd'hui pour réussir quand on est un jeune joueur français ?

PHM - Crucial, non, je ne pense pas. Mais c'est sûr, quand on intègre ce groupe on est très content, on est fier de représenter la France. [...] C'est dur de demander à un joueur de penser à la Coupe Davis. Il y a Bercy qui arrive, après on se repose un peu. La Coupe Davis c'est dans 2 mois ! On essaie vraiment de prendre les choses les unes après les autres... Même si on y pense un peu, c'est normal !

eurosport.fr - Concernant la surface choisie pour la finale de Coupe Davis, vous avez un avis ?

PHM - Je ne sais pas trop. moi je suis plutôt un joueur de terre battue. Donc je suis d'accord, mais cela aurait été sur surface rapide il y aurait eu aussi des "pour" et des "contre". Kafelnikov et Safin sont très forts sur surface rapide. Sur terre battue peut-être que physiquement il seront moins bon... Moi, je pense que c'est bien ! On a pris une décision, il faut s'y tenir... Maintenant, on joue !

eurosport.fr - Quelles sont vos relations avec Guy Forget ?

PHM - Je ne le connais pas depuis longtemps, depuis que j'ai intégré le groupe. Il m'a appelé pour me féliciter après Moscou et Lyon. C'était très gentil de sa part.

eurosport.fr - Retour sur votre carrière...pour ceux qui ne vous connaissent pas. Votre trajectoire est presque idéale : Vous avez remporté l'Orange Bowl, le tournoi de Petits As à Tarbes en 1996, Roland Garros juniors en 2000, et puis vous éclatez au grand jour cette année. Vous êtes né à Strasbourg, vous êtes ensuite passé à Reims mais aussi par la Floride - chez Nick Bolletieri -, et vous êtes aujourd'hui entraîné par Thierry Champion. Pouvez-vous revenir sur ces moments forts de votre formation ?

PHM : En fait, je suis parti de chez moi très jeune quand j'avais 11 ans. Cela n'a pas été facile, mais j'avais vraiment envie de partir. Cela a été plus difficile pour mes parents que pour moi... Donc j'ai vécu trois bonnes années à Reims, et puis ensuite je suis allé à Paris pendant un an à l'INSEP (Institut National du Sport et de l'Education Physique), mais je ne m'y plaisais pas trop... alors j'ai essayé de trouver des solutions pour aller autre part, et c'est là que j'ai pris l'initiative de partir chez Nick Bolletieri.

eurosport.fr - Qui vous en a parlé ?

PHM - Je suis en contrat chez IMG McCormack, qui possèdent l'Académie Bolletieri et qui m'ont proposé de faire un essai en stage là-bas. Après deux semaines, cela m'a plu et j'y suis retourné à la rentrée.

eurosport.fr - Comment fait-on pour vivre entre les Etats-Unis et la France et concilier deux formations différentes ?

PHM - J'avais une formation avant, mais je voulais voir autre chose, tout le monde est différent et moi j'ai décidé de partir là-bas où, c'est vrai, la mentalité est différente. Je m'y suis bien adapté.

eurosport.fr - Quelques mots sur Thierry Champion, votre entraîneur actuel ?

PHM - Je travaille avec lui depuis que je suis revenu des Etats-Unis. Je suis allé à l'académie TETC Bob Brett (Paris) pour m'entraîner avec Thierry Champion. On s'est entraîné pendant un an, ensuite lui est parti et pendant six mois je n'avais plus d'entraîneur attitré. J'ai donc quitté l'Académie Bob Brett pour le rejoindre.

eurosport.fr - Contrairement à la plupart des joueurs français qui s'appuient sur un coup fort, votre jeu est assez homogène, et quand on se souvient de votre match contre Safin, on a envioe de vous décrire comme un "cogneur sans pitié", car c'était assez terrible ! Parlez-nous de votre jeu...

PHM - Je suis un attaquant de fond de court ! Je m'appuie beaucoup sur mon service mon coup droit et mon revers en jouant sur mon physique (1.85 m, 74kg), mais mon point fort c'est le coup droit ! Mon point faible; c'est le jeu vers l'avant, au filet.

eurosport.fr - Pouvez-vous nous dire un mot sur votre tempérament ?

PHM - Contrairement à ce que je suis sur les courts, je suis quelqu'un de très timide... Je suis assez réservé, un peu moins qu'avant, mais sur le court j'exprime plus ma joie et mon envie de jouer... En dehors des courts, je suis quelqu'un d'assez tranquille, quoi !

eurosport.fr - De nombreux joueurs français habitent aux Etats-Unis, et vous habitez à Paris, est-ce important de rester en France ?

PHM - Cela fait un an que j'ai mon appartement à Paris, je commence à connaître du monde et je me sens bien, mais je vais souvent déménager, c'est une sort d'obligation...

eurosport.fr - La notoriété, cela va être difficile à gérer ?

PHM - Non, non, cela ne me dérange pas ! La notoriété, je pense que cela fait partie du jeu...

Eurosport : Propos recueillis par Julien Carrasco

Lindsayfan
10-21-2002, 08:40 PM
here a translation of this interview,from Babelfish..so dont bash me if something doesnt make sense! :p

Eurosport interviewer: EI
Paul Henri Mathieu: PHM

EI:After 2 crazy weeks,how r u?
PH: I'm fine,i'm very happy i won 2 tourneys.I waited for this since long time...now it's arrived,and it's great!

EI:You decided to take 2 weeks off...
PH: yes I should have player Basel but i withdrew.i want to train well this week and be ready for Bercy.In this moment I am in Paris because I had not badly requests these the last two days, and I started again to train softly [... ] I did not even have the occasion to re-examine the images of my two victories [ in Moscow and Lyon ].

EI: Bercy,Davis Cup...what r ur ambitions right now?
PH: I will not lay down myself objectives for Bercy. I did not think of winning these two tournaments, therefore I will try to take the tournament like another, even if it is important because it is in Paris and in France. I will try to give my best.

EI:Which are your matches references this year?
PH:the match against Agassi at Roland Garros. I became aware that I could beat no matter whom. It is true that I did not believe enough there when I carried out two sets zero against him. I thought that it was me, that it was possible and that slowed down me a little. But that was useful to me thereafter much because I became aware of my ability.[... ] I beat Costa also after Roland Garros... I had beautiful victories.

EI: To be in the France group, is it crucial to today succeed in when one is a young French player?
PHM -:Crucial, not, I do not think. But it is sure, when one integrates this group one is very happy, one is proud to represent France [... ] It is hard to require of a player to think of the Davis Cup. There is Bercy which arrives, after one rests a little.Davis Cup is in 2 months! One really tries to take the things the ones after the others... Even if one thinks of it a little, it is normal!

EI: Concerning do the surface chosen for the final of Davis Cup, you have an opinion?

PHM - I do not know, I am rather a clay court player.So I agree, but that would have been on fast surface there would have been also "for" and of "against". Kafelnikov and Safin are very strong on fast surface. On perhaps clay that physically it will be worse... Me, I think that it is well! One made a decision, it is necessary to be held to with it... Now, one plays!

EI: Which are your relations with Guy Forget?
PHM - I do not know him for long time, since I just joined the group.He phoned me to congratulate me after Moscow and Lyon. It was very nice from him.

EI:Return on your career... for those which do not know you. Your trajectory is almost ideal: You gained the Orange Bowl, the tournament Small Aces with Tarbes in 1996, Roland Garros juniors in 2000, and then you burst at the great day this year. You were born in Strasbourg, you then passed to Rheims but also by Florida - at Nick Bolletieri -, and you are involved today by Thierry Champion. Can you reconsider these strong moments of your formation?
PHM:In fact, I started from at home when I was 11 years old. That was not easy, but I wanted really to leave. That was more difficult for my parents than for me... Thus I lived three good years in Rheims, and then then I went to Paris during one year to the INSEP (National Institute of the Sport and Physical Education), but I did not like myself it too much... then I tried to find solutions to go another place, and it is there that I took the initiative to leave to Nick Bolletieri.

EI: Which spoke you?
PHM - I am in contract at IMG McCormack, which have the Bolletieri Academy and which proposed to me to carry out a test in training course over there. After two weeks, I liked that and I am gone back there to the re-entry.

EI:How does one make to live between the United States and France and to reconcile two different formations?
PHM - I had a front formation (??), but I wanted to see another thing, everyone is different and me I decided to leave over there where, it is true, mentality is different. I adapted well there.

EI:Some words on Thierry Champion, your current trainer?
PHM - I work with him since I returned from the United States. I went to academy TETC Bob Brett (Paris) to train with Thierry Champion. One involved oneself during one year, to then left him and for six months I did not have any more a appointed trainer. I thus left the Academy Bob Brett to join it. (??)

EI:- Contrary to the majority of the French players who are based on a strong blow, your play is rather homogeneous, and when one remembers your match against Safin, one has envioe to describe you like a "bruiser without pity", because it was rather terrible! Speak to us about your play...
PHM - I am a baseline player, I am based much on my service my right blow and my return while exploiting my physique (1.85 m, 74kg), but my point strong it is the forehand! My weak point is to play at net,volleying.

EI:Can you tell us a word on your temperament?
PHM -As opposed to what I am on the courts, I am somebody of very shy... I am reserved enough, a little less than front, but on the court I express more my joy and my desire for playing... Apart from the courts, I am somebody of rather quiet, what!

EI:many French players live in the United States, and you live in Paris, is this significant to remain in France?
PHM - That makes one year that I have my apartment in Paris, I start to know world and I smell myself well, but I often will move, it is destiny of tennis players

EI: Will notoriety, that be difficult to manage?
PHM - Not, not, that does not disturb me! Notoriety, I think that's a part of the game...

Marilyn
10-23-2002, 12:32 PM
Thank you both :kiss: